Disponible en VF
à partir de 2.99€
 
Acheter le film
Louer le film pour 48h
 
 
 

Le contexte du film

Egalement interprété par : Charles Bronson - LES SEPT MERCENAIRES
Pas si éloigné : LES CARABINIERS
Egalement realisé par : Robert Aldrich - QU'EST-IL ARRIVÉ À BABY JANE ?
Dans le même genre : LES CANONS DE NAVARONE
 

LES 12 SALOPARDS

A voir en streaming et en téléchargement légal



De :
Avec : , , , , , ... [+]
Titre original : The Dirty Dozen

Durée : 143 minutes | Couleur : Non
Année : 1967 | Restriction : Tous publics

Synopsis : Durant la seconde guerre mondiale, le major Reisman, très réfractaire à l'autorité, se voit confier une mission suicide : la destruction d'un château, en France, qui sert de lieu de villégiature à des officiers allemands. Pour se faire il compose un commando de douze hommes. Douze militaires condamnés pour meurtre. Douze salopards...

Production : MGM, MKH
Scénario : Lukas Heller, Nunnally Johnson
Musique : Frank de Vol
Pays : Etats-Unis d'Amérique | Royaume-Uni

 
 
  • A propos
  • Galerie Photos
  • Avis internautes
 

A propos

Le casting des 12 salopards est probablement l’un des plus imposants de l’histoire du cinéma. Le plus mâle en tout cas : Lee Marvin, Robert Ryan, Charles Bronson, John Casavetes, Donald Sutherland, Telly Savalas, Jim Brown ou encore Ernest Borgnine. Ils sont réunis dans ici pour accomplir une mission suicide en France durant la seconde guerre mondiale, et obtenir ainsi la grâce pour les crimes qu’ils ont commis. Ce qui explique le "Salopards" du titre…
Et c’est nul autre que Robert Aldrich qui les mène au combat. Un casting pareil ne pouvait faire peur à ce réalisateur qui avait déjà dirigé Bette Davis et Joan Crawford dans Qu’est-il arrivé à Baby Jane ? ou Frank Sinatra et Dean Martin dans Les 4 du texas.
Pourtant sur les 12 salopards, Aldrich avait affaire à quelques vétérans de la seconde guerre mondiale, dont notamment Lee Marvin. Lequel a déclaré que « Les 12 salopards n’était qu’une bouse, une machine à fric » qui n’avait rien à voir avec la vraie guerre. C’est pourquoi Lee Marvin apprécia beaucoup par la suite tourner dans The big red one, réalisé par Samuel Fueller d’après ses propres souvenirs du conflit.
Le manque d’authenticité n’a pas nui aux 12 salopards pour autant, le film ayant remporté la plus belle des victoires : celle du box office.

2 minutes après le film

Lire (à consulter de préférence après avoir vu le film)