MI-TEMPS AU MITARD

Bientôt disponible
Parce que les vieux apprendront aux jeunes qu’il là s’agit du remake d’un film de Robert Aldrich avec Burt Reynolds.
Comédie - 2005 - Etats-Unis - 109 MIN - Tous publics
Paul Crewe est une ancienne star de football américain, qui a été bannie de la ligue NFL pour avoir, semble-t-il, perdu une partie délibérément. Plusieurs années plus tard, suite à quelques problèmes avec sa petite amie, il se retrouve en prison. Le directeur de cette prison le pousse alors à accepter d'aider l'équipe de football américain formée des gardiens de la prison, qui évolue en ligue semi-professionnelle. Dans le but initial de leur opposer une équipe d'entraînement, Paul Crewe constitue un team de prisonniers. Très vite, il va cependant choisir son camp.

Réalisé par

5.4 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Jacky Goldberg
Jacky Goldberg
CHRONIQUEUR

On connaît le film de prison, on connaît le film de sport, mais le film de sport en prison est un cas unique, ou en tout cas suffisamment rare pour que Mi-temps au mitard soit notable de ce seul point de vue là. Dans ce film de Peter Segal réalisé en 2005, un ancien joueur de football américain joué par Adam Sandler se retrouve en prison pour avoir provoqué un accident de la circulation en étant ivre mort. Là-bas, le directeur du pénitencier l'oblige à entrainer l'équipe de prisonnier et à en être le quaterback, alors qu'il s'était promis de ne plus toucher un ballon. Il va donc devoir recruter et former des joueurs, avant d'affronter l'équipe des gardiens. Ainsi, il aura peut-être la chance de se racheter une conduite... Bon, ne le cachons pas, les ressorts narratifs de Mi-temps au mitard sont assez sommaires. Mais ce n'est pas là que réside l'intérêt du film.

Remake d'un film de Robert Aldrich de 1974, Mi-temps au mitard est une parfaite comédie du samedi soir, avec son lot de blagues en dessous de la ceinture, d'agitation virile et de brutalité contenue. C'est un concentré de testostérone, qui a cependant le bon goût de ne pas se prendre au sérieux, voire de faire preuve d'une vraie auto-dérision. Farceur invétéré, Adam Sandler tire le film vers la pochade, et il n'est pas besoin d'y connaître quoi que ce soit au football américain pour comprendre les enjeux du film. Ceux-ci, assez simples, consistent à faire le plus mal possible à l'adversaire et à gagner du terrain en faisant reculer les lignes de défense. Le football américain est ainsi le sport le plus martial qui soit, le plus proche d'un champ de bataille.

A ces enjeux sportifs, se greffent ici toute la rugosité et la dimension politique du film de prison. On découvre ainsi progressivement un univers d'une violence insensée, tellement présente dans chaque rouage qu'elle en devient absurde. Les matons se conduisent comme des fascistes, les coups pleuvent en permanence, et l'on finit par se demander si les plus dangereux sont devant ou derrière les barreaux. Il faut savoir que le film a été tourné dans un pénitencier au Nouveau Mexique qui a connu, en 1980, les pires émeutes carcérales de l'histoire des Etats-Unis. Ayant cela en tête, on peut apprécier Mi-temps au mitard comme une pochade, certes, mais aussi comme un film sans illusion sur le sort réservé aux prisonniers américains.

Le contexte

Adam Sandler

Peter Segal

AMOURS ET AMNÉSIE