Noirs et blancs oubliés

Que les grands classiques - que nous connaissons tous - ne constituent pas involontairement des arbres cachant la forêt : la richesse, l'inventivité (et souvent la fantaisie) des films disons "anciens" pour caractériser le noir et blanc, sont réelles, et il suffit de se promener à l'écart des sentiers battus pour illustrer l'affirmation. En vrac : Jean Gabin jeune en marinier dans un film désormais incomplet (une merveille pourtant) ou encore Jean Gabin vieux en routier. Un western où les femmes traversent la moitié du pays pour retrouver des maris qu'elles n'ont pas encore vue, un film d'aventure australien dans lequel les troupeaux pendant la guerre traversent le pays en diagonale (garantie sans trucages !). Darion Moréno chante dans sa cuisine dans une comédie disons... singulière ? Carlo Rim mérite qu'on le redécouvre, mais aussi Joseph H. Lewis et ses scènes de torture pour le moins imaginatives. Puis Greta Garbo, là aussi rien que pour le plaisir !

Loading
0
0