10 000

À partir de 2.99 €
Parce que ce film américain réalisé par un allemand est aussi un hommage à un film français (La guerre du feu)
Science-fiction - 2008 - Afrique du Sud | Etats-Unis - 104 MIN - VM - Tous publics
10 000 ans avant notre ère, au coeur des montagnes... Le jeune chasseur D'Leh aime la belle Evolet, une orpheline que sa tribu a recueillie quelques années plus tôt. Lorsque celle-ci est enlevée par une bande de pillards, D'Leh se lance à sa rescousse à la tête d'une poignée de chasseurs de mammouths...

Réalisé par

4.2 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Mathilde Lorit
Mathilde Lorit
CHRONIQUEUR
Si le nom de Roland Emmerich vous est familier, vous savez déjà qu'il est synonyme de démesure et de blockbuster. Après l'invasion des extraterrestres dans Indepenence Day, la saga égyptienne tendance futuriste qu'était Stargate et l'apocalypse climatique du Jour d'après, le réalisateur d'origine allemande se penche sur la fresque préhistorique. D'où le 10 000 du titre, qui renvoie à l'époque où se déroule le film : 10 000 ans avant notre ère, quand le quotidien des hommes avait beaucoup à voir avec la chasse aux mammouths.

Comme toujours avec Roland Emmerich, c'est du côté des effets spéciaux que l'accent est mis. A ceux qui lui reprochent une vision quelque peu excentrique du néolithique – notamment parce que les hommes parlent dans le film un anglais relativement courant – Harald Kloser, scénariste, compositeur et producteur de 10 000, répond qu'il n'a jamais cherché à être réaliste. L'objectif du film tient en une phrase : repousser les limites du possible. En l'occurrence, faire revivre à l'écran des animaux depuis longtemps disparus, comme le mammouth ou le tigre aux dents de sabre.

C'est toutefois une histoire très humaine que raconte 10 000, mêlant histoire antique, via les références à la civilisation égyptienne, mythologie grecque, avec une allusion à la cité engloutie de l'Atlantide, et un peu de science-fiction tendance Stargate.

Si l'interprète principal du film est un relatif inconnu, le visage de Camilla Belle devrait vous parler. Pas forcément parce que la jeune Américaine tenait le premier rôle de La Ballade de Jack And Rose aux côtés de Daniel Day Lewis, mais plutôt parce qu'elle donne la réplique à George Clooney dans la désormais cultissime publicité pour Nespresso. De la Préhistoire à la cafetière à capsules, il n'y a finalement qu'un pas, que nous vous proposons de franchir avec 10 000. Dépaysement garanti !

FILMOTV vous recommande

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Roland Emmerich

LA BALLADE DE JACK AND ROSE

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité