120 BATTEMENTS PAR MINUTE

À partir de 2.99 €
Le film mêle avec succès les parcours intimes et l’évocation des luttes militantes contre l’épidémie de Sida
Politique / Histoire - 2017 - France - 137 MIN - VF - HD - Tous publics
Au début des années 90, le jeune Nathan assiste pour la première fois à une réunion de l'association Act Up Paris, qui lutte pour les droits des séropositifs. Il découvre des militants hétéroclites mais motivés. Devenu adhérent, il se rapproche peu à peu de Sean, un séropositif aux idées radicales...

Réalisé par

7.6 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Laurent Delmas
Laurent Delmas
CHRONIQUEUR

Nous sommes au début des années 90. Alors que le Sida tue depuis près de dix ans, les militants parisiens de l’association Act-Up multiplient les actions spectaculaires pour tenter de lutter contre l’indifférence générale. Nouveau venu dans le groupe, Nathan va être bouleversé par la radicalité d’un autre militant plus aguerri, Sean.  Tel est le synopsis du film 120 battements par minute écrit par Philippe Mangeot et son réalisateur Robin Campillo. Grand Prix du Festival de Cannes en 2017, le film reçut également trois César dont celui du Meilleur film l’année suivante.

Robin Campillo n’a jamais caché sa propre implication au sein d’Act-Up Paris. A l’époque où se déroule le film, il est comme son jeune héros un militant de base assez actif. Membre de la   Commission médicale, il a surtout participé à plusieurs actions dont certaines ont inspiré le scénario. Le tout dans un contexte social particulièrement rude, marqué par l’homophobie et les tabous alors en vigueur sur l’usage du préservatifs et l’échange des seringues.

Pour autant, selon Robin Campillo, le film n’est pas une autobiographie mais bien une œuvre de fiction. Les réunions et actions que l’on va voir au cours du film ont été agencées très librement par rapport à la vérité historique. Le cinéaste, comme il l’a dit, voulait d’abord retrouver la musique des voix et l’intensité des débats, sans souci d’imitation. Tout en confrontant cette histoire à une nouvelle génération incarnée ici par de jeunes acteurs.

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Nahuel Pérez Biscayart

André Téchiné revient à sa manière sur les « années Sida » en mêlant comme Robin Campillon destins individuels et récit documenté

Robin Campillo

Gus van Sant fait le portrait du premier homme politique américain homosexuel élu et rejoint ainsi Robin Campillon dans la reconstitution d’une époque particulièrement militante

AU REVOIR LÀ-HAUT

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS