A CEUX QUI NOUS ONT OFFENSÉS

À partir de 3.99 €
Le film est un portrait saisissant de travellers, ces marginaux britanniques sans toit ni loi.
Drame - 2017 - Royaume-Uni - 95 MIN - VM - HD - Tous publics
Les Cutler forment une famille de marginaux. Installés en pleine campagne dans des caravanes au milieu de quelques congénères, ils refusent toute insertion dans une société qu'ils exècrent. Mais dont ils profitent, vivant de cambriolages ou de braconnage. Les enfants sont déscolarisés, les parents sur le qui-vive, la police cherchant à les prendre la main dans le sac. Colby règne sur ce petit monde, patriarche omnipotent qui ne s'embarasse pas de nuances. Mais Chad, son fils, voit bien que ce mode de vie a conduit tout le monde dans une impasse. Il sait que sa femme est prête à ruer dans les brancards et que son fils mérite une autre vie... Tout en cherchant à échapper à la police, il réfléchit à un moyen de conduire sa famille sur d'autres chemins...

Réalisé par

5.9 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Yves Alion
Yves Alion
CHRONIQUEUR

A ceux qui nous ont offensés aurait mérité d’avoir pour titre le nom de son distributeur français, The Jokers tant on se demande en permanence s’il faut réellement prendre au sérieux les personnages dans leur refus de tout compromis. De fait le film se situe à mi-chemin de deux thématiques et de deux mondes. D’une part celle des gangsters de tradition, qui se passent le relais de père en fils. De l’autre ces travellers qui outre-Manche perpétuent une tradition libertaire, refusant de s’aliéner à la moindre attache sociale. Un peu les cousins britanniques des Américains du American Honey d’Andrea Arnold.

Ces travellers forment un groupe social aux dimensions modestes, mais qui perdure et nous interroge sur les limites du pacte social. Ne possédant ni compte bancaire, ni passeport ou numéro de sécurité sociale, ils sont vus avec une certaine hostilité par ceux qui sont effrayés à l’idée de sortir du moule. La famille que décrit le film a beau s’inscrire dans cette tradition, elle n’en dépasse pas moins les limites admises. De fait les auteurs se sont inspirés d’un fait divers datant de quelques années, concernant une famille qui faisait régner la terreur dans les Cotswolds, au centre-ouest de l'Angleterre.

Les travellers sont de grands amateurs de musique, et les auteurs du film n’ont pas failli à nous livrer une bande-son des plus riches. Adam Smith, le réalisateur, est un ami de Tom Rowlands, l'un des membres du duo de musique électronique anglais Chemical Brothers, originaire de Manchester, creuset historique de la dance, et il lui a demandé de composer la bande originale du film. A noter que Smith a réalisé un premier film avant celui-ci, Don't Think, un documentaire autour des Chemical Brothers, le titre du film étant également celui d’une chanson du duo mancunien pour le film Black Swan. Reste à savoir si Brendan Gleeson, qui incarne le patriarche de la tribu, goûte l’électro, lui qui joue du violon et ne jure que par la musique traditionnelle irlandaise.

FILMOTV vous recommande

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Brendan Gleeson

Ou comment les activités illégales se pratiquent en famille

Adam Smith

C'est l'équivalent outre-Atlantique de ce film sur des marginaux itinérants.

LE GÉNÉRAL

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité