A L'EST D'EDEN

À partir de 2.99 €
Parce que le réalisateur du film fut aussi un des plus fameux cascadeurs d'Hollywood
Drame - 1955 - Etats-Unis d'Amérique - 113 MIN - VF - Tous publics
Deux frères, Cal et Aaron, vivent avec leur père fermier dans la vallée de Salinas en Californie. Cal, jeune homme taciturne et imprévisible se croit mal aimé de son père avec qui il entretient des relations difficiles. Un jour il découvre que sa mère qu'il croyait morte tient en fait une maison de jeux en ville. Entre cette mère maudite qu'il voudrait connaître, les difficultés financières de l'exploitation familiale et la fiancée de son frère qui ne lui est pas indifférente, Cal cherche sa vérité et sa place. Mais le prix à payer pour devenir adulte est élevé.

Réalisé par

7.5 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Denis Parent
Denis Parent
CHRONIQUEUR

Trois mythes vivants se sont penchés sur le berceau d’A l’est d’Eden: John Steinbeck auteur du roman dont il est adapté, Elia Kazan le réalisateur et James Dean, LE James Dean.

Une autre part de l’enchantement provoqué par ce film, âpre comme du Tennessee Williams et déchirant comme du Caldwell, est aussi son titre. A l’est d’Eden, miracle de périphrase, est tiré d’un verset de la bible qui concerne Caïn, assassin de son frère Abel et s’énonce comme suit : "Caïn se retira de devant l’Eternel et séjourna dans le pays de Nôd, à l’est d’Eden".

Le film sortit en 1955 et, dans la mémoire des cinéphiles il constitue un des big three : c’est le premier des trois films tournés par James Dean et le seul dont il ait vu la sortie. Les deux autres sont Rebel without a cause (1955) de Nicholas Ray et Géant (1956) de George Stevens.

La suite tragique relève de la béatification : le 30 septembre 1955 à l’âge de 24 ans, l’acteur se tuait au volant de sa Porsche 550 Spyder. Mais avant de devenir un mythe pour l’éternité l’acteur débute dans ce film, et, à sa manière gauche et tourmentée, il incarne déjà et sans le savoir la fatalité d’une éternelle adolescence.

FILMOTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Nicholas Ray

Pour la culture des mauvais garçons, les postures et les virilités arrogantes en vogue dans le cinéma américains des années 50.

Elia Kazan

Sean Penn tout jeune affronte son propre père interprété magistralement par Christopher Walken dans un film cornélien où les liens du sang s'opposent à l'intégrité morale. Fils d'un gangster, le héros du film choisit de changer de route, quel qu'en soit le prix.

LA FUREUR DE VIVRE (1955) DE NICHOLAS RAY

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité