A mort l'arbitre !

Bientôt disponible
Policier / Suspense - 1984 - France - 82 MIN - Tous publics
A la fin d'un match de football, la colère monte dans le camp des vaincus. Sur les gradins, poussant les grillages, les supporters hurlent la sueur au front A mort l'arbitre ! avec le pénalty en travers de la gorge. L'artibre, tout de noir vêtu, ne sait pas encore qu'il porte son propre deuil. Il regagne sa cité dortoir en compagnie de sa fiancée. Au même moment, un supporter particulièrement déchainé entraine sa troupe pour venger leur déception. L'équipée tourne mal et sombre dans la tragédie.

Réalisé par

6.2 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Eric Le Roy
Eric Le Roy
CHRONIQUEUR

A mort l’Arbitre ! est le 22e film de Jean-Pierre Mocky en vingt cinq ans. C’est la 22e preuve que Mocky est décidément l’un des bons cinéastes français et, de loin, le meilleur cinéaste français polono-russe. Jusqu’ici, aucun réalisateur français n’a eu le courage de s’attaquer à l’une des tares de notre société : les supporters. Seul Mocky, avec sa hargne habituelle pouvait avec la complicité d’Edmond Richard, le chef opérateur d’Orson Welles sur Le procès, réaliser une telle œuvre de salut public. Il s’agit, en quelque sorte, d’un film-poursuite, qui se déroule en temps réel pendant lequel une meute, véritable galerie de visages altérés par la bêtise et la violence vont semer la panique après un match. Toute une nuit, Mocky filme des supporters, en enregistre la mort inutile des uns et des autres. D’un roman de la série noire inspiré à l’anglais Alfred Draper par une mémorable rencontre de foot Manchester-Glasgow, Mocky n’a eu aucun mal à tirer la matière d’un film bien hexagonal.

 

Le film est violent, la direction d’acteur manie le contre-emploi cher au cinéaste.. Eddy Mitchell, Carole Laure et Laurent Malet sont méconnaissables, et se détache Michel Serrault, hallucinant de monstruosité. Mais c’est aussi une oeuvre personnelle et amère et à sa sortie, il a démontré que le cinéma français pouvait encore créer autre chose que de l’ouvrage lustré. Mocky, dans le rôle de l’inspecteur Granowski, clin d’œil cinéphilique à un cinéaste russe émigré en France dans les années trente, est désabusé et sceptique.

 

Le film s’achève dans un délire baroque, au milieu du sang et du chaos. C’est du pur Mocky, au pessimisme désespéré, avec sa vision du monde impitoyable et burlesque.

Contexte

Michel Serrault

Jean-Pierre Mocky

LES FANTÔMES DU CHAPELIER

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité

Disponible sur





Paiement sécurisé
Mode de paiement
Partenaires

Avec le service d'abonnement vidéo à la demande à petit prix FilmoTV, visionner les meilleurs films depuis votre salon c'est tous les jours et à petit prix ! FilmoTV, un système qui mise sur la polyvalence : Windows, application système Android, iPhone et tablettes tactiles, TV sur fibre optique, smartTV, choisissez votre support préféré ! Découvrez vos films policier par abonnement VOD ou de vos films d'action à voir en téléchargement légal. Pour cela dirigez vous sur nos espaces mode d'emploi et comment s'abonner.