Bande Annonce de A MOST VIOLENT YEARDécouvrez la bande Annonce de A MOST VIOLENT YEAR sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/7024/fond/7024_w_500.jpg
J.c. Chandor
Albert BrooksAlessandro NivolaDavid OyewoloJessica ChastainOscar IsaacAshley WilliamsCatalina Sandino MorenoChristopher AbbottJerry AdlerPeter GeretyAnnie FunkeDavid MarguliesMathew Maher

A MOST VIOLENT YEAR

120 mn

Note de SensCritique :

6.8 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : J.c. Chandor.

Casting : Albert Brooks, Alessandro Nivola, David Oyewolo, Jessica Chastain, Oscar Isaac, Ashley Williams, Catalina Sandino Moreno, Christopher Abbott, Jerry Adler, Peter Gerety, Annie Funke, David Margulies. Mathew Maher

Synopsis : En 1981, Abel Morales, chef d’entreprise d’origine hispanique, dirige une petite firme de livraison de fuel avec l’aide de son épouse Anna, fille du précédent propriétaire. Il rêve de réussir dans la légalité sans jamais avoir à se salir les mains mais les choses ne sont pas si simples dans le New York des années 1980 où la corruption règne…  

Scénario : J.c. Chandor.
Musique : Alex Ebert.
Pays : Etats-Unis d'Amérique
Tags : Policier / Suspense, Drame, Des patrons, Tapavu ?, Des couples malheureux, Crimes américains.

à partir de

11.99
voir ce film

J.C. Chandor a frappé très fort dès son premier film, le thriller financier Margin Call qui fut cité à l’Oscar. Il a ensuite enchaîné avec All is lost où Robert Redford devait lutter seul contre les éléments à bord d’un voilier naufragé. A most violent year est son troisième film, toujours produit par Anna Gerb et Neal Dodson. Le réalisateur a souhaité décrire un personnage typiquement américain qui croit dans son pays et dans le fait que sa contrée a pour mission de faire régner la démocratie dans le monde entier.

Faire revivre le New York de 1981 n’était pas une mince affaire car la ville était alors en pleine décadence. Le chef décorateur Jeff Goldsmith a consulté des photos d’époque en se concentrant sur les clichés d’artistes comme Dinanda Nooney ou Carl Burton. Les catalogues de nombreux grands magasins lui ont aussi été précieux pour retrouver l’atmosphère de l’époque. C’est ensuite dans les zones industrielles de la Grosse Pomme que l’équipe de tournage a décidé de planter ses caméras. La chef-costumière Kasia Walicka-Maimone a été mise à contribution pour donner au spectateur l’impression de voyager dans le temps. Elle a privilégié tissus voyants et vestes à revers imposants pour les tenues des héros.

Le film a été tourné en quarante jours dans le Bronx, le Queen’s, Staten Island, Long Island et Westchester. J.C. Chandor avait d’abord pensé filmer en plein été afin d’insister sur la violence qui habite des personnages écrasés par la chaleur. Contraint de reporter ses prises de vues en hiver, il a dû affronter des tempêtes de neige et des températures polaires. Il est tombé près de 60 mètres de neige sur la ville en trois mois tandis que l’équipe tentait de trouver des solutions pour se protéger du froid. Le réalisateur a cependant fini par admettre que ces conditions extrêmes avaient eu un impact positif sur le film en renforçant l’impression d’isolement des héros.

J.C. Chador a souhaité aborder le thème de l’ascension sociale au travers des personnages d’Abel et Anna. Pour lui, le couple devait être issu de milieux différents qui devaient permettre de montrer plusieurs visages de l’Amérique. C’est au Festival de Cannes qu’il a rencontré Jessica Chastain alors qu’il venait y présenter All is lost. C’est elle qui lui a suggéré le nom d’Oscar Isaac avec lequel elle avait fait ses études à Julliard et qui allait bientôt tourner Inside Llewyn Davis pour les frères Coen. Les deux acteurs ont beaucoup travaillé ensemble en amont tout en préparant leurs rôles avec des répétiteurs. Jessica Chastain a ainsi pu mettre au point son accent de Brooklyn.

J.C. Chandor était ravi de diriger de nouveau des scènes de dialogue ce qu’il n’avait pu faire pour All is lost où Robert Redford était seul en mer. Il s’est délecté des joutes verbales entre les acteurs et avoue avoir été largement influencé par le cinéma de Sidney Lumet au moment de les écrire. Il était notamment ravi de diriger David Oyelowo, membre de la Royal Shakespeare company, qui donne du fil à retordre aux héros. D’après ses déclarations retrouver une distribution chorale a fait grand bien à J.C. Chandor et il s’est particulièrement attaché au fait que les échanges entre les protagonistes soient le plus réalistes possibles.

Le directeur de la photographie Bradford Young a essayé de s’éloigner des représentations classiques de New York. Il voulait éviter de montrer la Grosse Pomme telle qu’on la voit dans des films comme Taxi Driver de Martin Scorsese ou French Connection de William Friedkin. Il s’est inspiré des clichés de Jamel Shabazz, ancien gardien de prison à Brooklyn pour décider que les tonalités du film tourneraient autour du magenta. Chandor et lui se sont mis d’accord pour que le film soit photographié en format large. Ils ont donc utilisé un objectif anamorphique 50 mm pour obtenir l’effet voulu avec leurs caméras numériques. Cela leur permettait de prendre en considération l’architecture de la mégapole et ses lignes géométriques sans oublier la symétrie des corps qui se découpent sur les paysages.

Premiers pas sans la mafia.

Le sentiment d’entrer dans un film puissamment classique nous happe dès les premières secondes de A most violent year. La photographie, la reconstitution du New York de l’aube des 80’s lorgne avec légitimité du côté de Lumet et distille ce grain jaunâtre dont il avait ...

Lire la suite
8
Sergent Pepper

Neige donc tant vécu que pour cette infamie ?

Depuis aussi longtemps qu’il s’est organisé en communauté, une des activités les plus universelles (dans l’espace et dans le temps) de l’homme du peuple consiste à conspuer celui qui le dirige pour son degré supposé de corruption. Le plus souvent, à raison. Cette ...

Lire la suite
8
guyness

"Mr-Fucking-American-Dream"

Pour commencer son film par le travelling d'un homme accomplissant son rituel matinal du jogging, baigné par la musique même que diffuse son casque dans ses oreilles, il faut être sûr de son coup. Il n'y a peut-être pas pire entrée en matière. Ou disons pas moins originale. ...

Lire la suite
9
blig
le contexte
A voir également
Affiche du film DRIVE

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film TOKAREV

à partir de

3.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film BUS 657

à partir de

4.99
Inclus danspassillimite
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés