ABOU LEILA

2020
128 mn
À la carte à partir de 3.99 € | -50% pour les abonnés

2020
128 mn
le film multiplie les angles et les genres pour évoquer la violence politique aussi bien que celle des sentiments.
En 1994, dans une rue dAlger, une voiture sarrête. Un homme sort de chez lui pour se rendre à son cabinet d'avocat. Sa femme tente de retenir. Un jeune homme sort de la voiture, s'approche, tire sur l'avocat. Lofti et S., recherchent à travers le désert algérien le tueur nommé Abou Leila.
À la carte à partir de 3.99 € | -50% pour les abonnés
Drame
Algérie | France
Tous publics
VO - HD

1 min avant
2 min après
Les avis sens critique
Les + de filmo

Nous sommes en Algérie, en 1994. Deux policiers, deux amis d’enfance, S. et Lofti,  traversent le désert à la recherche  d’Abou Leila, un dangereux terroriste. Autant essayer de trouver une épingle dans une botte de foin, serait-on tenté de penser. Mais S. dont la santé mentale vacille, est, lui, persuadé que  l’on peut mettre la main sur Abou Leila. Lofti en revanche n’a qu’une idée en tête : éloigner S. d’Alger, la capitale. Ainsi commence leur road movie, leur expédition commune sur fond des violences d’une guerre civile en cours… 

Pour son premier long métrage, le cinéaste algérien Amin Sidi-Boumediène revient sur une période sanglante de l’histoire de l’Algérie de la fin du siècle dernier, alors que lui-même était encore adolescent. Et de se souvenir des « sentiments de peur, d’angoisse et d’incompréhension face à un conflit dont on ne détient pas  les clés mais dont on nous sert à chaque repas les images atroces qu’il produit avec l’impression parfois inconsciente de n’avoir aucun pouvoir sur le cours des événements. » 

Selon ses propres mots, le cinéaste ne souhaitait pas cependant raconter l’histoire du terrorisme  algérien. Il s’intéresse plutôt aux traumatismes  subis par ses personnages, et singulièrement par ces policiers qui étaient en première ligne, de véritables cibles puisqu’ils possédaient une arme dont on pouvait s’emparer. Cette violence généralisée est pour lui la toile de fond indépassable de sa jeunesse. Et c’est bien le propos principal du film que vous allez voir. 

 
Dans le même genre vous pouvez trouver LA ISLA MINIMA (Dans un contexte et un registre fort différent, le film d'Albert Rodiguez partage toutefois avec "Abou Leila" deux éléments forts : un couple de policiers livrés à eux-mêmes dans un décor très singulier (le désir dans un cas, le marais dans l'autre)) ou encore DES HOMMES ET DES DIEUX (Le film de Xavier Beauvois revient sur un épisode particulièrement tragique de la guerre civile qui a ensanglanté l'Algérie à la fin du siècle dernier).

FilmoTV vous recommande

Même casting

Pas si éloigné