ABUS DE FAIBLESSE

À partir de 2.99 € | -50% avec le Pass Illimité (sous conditions)
Isabelle Huppert se met dans la peau d'une femme diminuée et abusée, et d'une réalisatrice en train de revenir dans le métier.
Drame - 2014 - Belgique|Allemagne|France - 100 MIN - VF - HD - Tous publics

Maud Schoenberg, une réalisatrice hémiplégique suite à une hémorragie cérébrale, soufrant de handicap et de solitude, tente d’écrire son prochain film. Elle souhaite donner le rôle principal à Vilko Piran, escroc vu à la télévision et dont les récits sans fard l’ont fascinée. Leur rencontre se transforme en histoire d’amour et de dépendance. Mais bientôt, la nature...

5.3 / 10
5.3 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Isabelle Danel
Isabelle Danel
CHRONIQUEUR

C’est à partir de sa propre histoire, racontée dans son livre « Abus de faiblesse » coécrit avec Jean-François Kervéan (2009), que la réalisatrice Catherine Breillat décide d’adapter le scénario de son treizième long métrage, portant le même titre. En 2007, alors qu’elle travaillait au script d’une histoire d’amour destructrice intitulé Bad Love et destiné à l’ex mannequin Naomi Campbell, Catherine Breillat, rencontre Christophe Rocancourt.

En effet, fascinée par la prestation télévisuelle de ce dernier, racontant ses exploits à Hollywood en matière d’escroquerie, elle souhaite lui donner le rôle masculin face à la star qu’interprètera Campbell. Bad Love ne verra jamais le jour, mais le lien entre la réalisatrice et Rocancourt deviendra de plus en plus étroit, favorisé par la solitude et la dépendance de Catherine Breillat, suite à une attaque cérébrale en 2005. Jusqu’à ce que celle-ci découvre d’énormes détournements d’argent sur son compte en banque et que l’affaire se termine au tribunal avec la condamnation de Rocancourt.

Pour interpréter la réalisatrice abimée et bousculée, rebaptisée Maud Schoenberg, Catherine Breillat fait appel à la grande Isabelle Huppert. Et pour son partenaire voyou, elle choisit Kool Shen, rapeur célèbre du groupe NTM (avec Joey Starr) déjà quelque peu courtisé par le cinéma  (Old School, 2000 ; La Beuze, 2003), mais qui trouve là son premier rôle important sur grand écran. 

 
Dans le même genre vous pouvez trouver POLISSE DE MAÏWENN (2011) (Drame réalisé par une femme, dans lequel un rappeur, ici Joey Starr, trouve un rôle à contre-emploi, comme Kool Shen dans Abus de faiblesse.) ou encore ABUS DE CONFIANCE DE HENRI DECOIN (1937). (Un film dont le titre est également un terme juridique, une expression toute faite, commençant par le même mot : « abus ».).

Réalisé par

Même réal

Même casting

Pas si éloigné