Bande Annonce de ADULTERE MODE D'EMPLOIDécouvrez la bande Annonce de ADULTERE MODE D'EMPLOI sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/7541/fond/7541_w_500.jpg
Christine Pascal
Emmanuelle HalimiKarin ViardLiliane RovèreRichard BerryVincent CasselAnny RomandHélène FillièresJean-Louis TribesJulien CourbeyMarina ToméMarie MergeyPatrice Flora-PraxoRoland Truchot

ADULTERE MODE D'EMPLOI

91 mn

Note de SensCritique :

4.9 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Christine Pascal.

Casting : Emmanuelle Halimi, Karin Viard, Liliane Rovère, Richard Berry, Vincent Cassel, Anny Romand, Hélène Fillières, Jean-Louis Tribes, Julien Courbey, Marina Tomé, Marie Mergey, Patrice Flora-Praxo. Roland Truchot

Synopsis : Fabienne et Bruno sont un couple de jeunes architectes, en attente de la décision qui pourrait leur permettre d'obtenir un très gros chantier d'Etat. Ils sont, chacun à leur manière, fébriles. Bruno a des liaisons adultères, il est également tenté par le rituel sadomasochiste. Fabienne se venge en cédant aux avances d'un ami, par ailleurs trafiquant de drogue. Au moment où le chantier leur est attribué, le couple se retrouve avec une très grande quantité de drogue dont il faut se défaire au plus vite...

Scénario : Christine Pascal, Robert Boner.
Musique : Bruno Coulais.
Pays : France
Tags : Drame.

Film pas encore disponible

Si Christine Pascal était encore de ce monde, elle rirait en constatant la multiplication des sites de rencontres sur Internet, auquel le titre de son film fait inévitablement penser. Mais Adultère mode d’emploi est avant tout l’autopsie d’un couple, un couple qui semble avoir tout pour être heureux, mais qui pourtant se fissure. La tentation de l’adultère, des jeux érotiques, d’un plus grand désordre amoureux en est-il la cause ou l’illustration ?

L’un des atouts du film est sans doute de réunir deux jeunes comédiens qui en 1995 n’ont pas encore beaucoup de titres dans leur filmo, mais dont on peut penser qu’ils iront loin. Karin Viard et Vincent Cassel, qui s’étaient côtoyés une première fois quelques mois plus tôt dans La Haine, de Mathieu Kassovitz.

Adultère mode d’emploi est le dernier des cinq films signés par Christine Pascal, qui disparaîtra un an plus tard. Pour le grand public, qui avait acclamé Le Petit prince a dit, superbe mélo autour de la mort programmée d’une petite fille, ce n’est pas son meilleur film. Mais cette histoire d’un couple que sa réussite conduit à confondre le sexe et l’amour est beaucoup plus sensible que l’image un peu trash, et même sadomaso qui est restée, de façon superficielle.

Christine Pascal est sans conteste l’une des figures les plus attachantes du cinéma français des années 70 et 80. C’est Bertrand Tavernier qui découvre cette Lyonnaise, étudiante au Conservatoire d’art dramatique. Il la fait jouer dans cinq de ses films, dont Que la fête commence, où elle incarne la gracieuse et fragile maîtresse du Régent. Mais on se souvient bien sûr des Guichets du Louvre, de Michel Mitrani, une relecture de la tragédie du Vel d’Hiv’, qui lui donne son premier grand rôle, de La Meilleure Façon de marcher, le premier film de Claude Miller où elle est la tendre fiancée d’un Patrick Bouchitey en manque de repères, et de Elle voulait faire du cinéma, où elle est Alice Guy, la secrétaire de Léon Gaumont qui deviendra l’une des pionnières du 7è Art…

Peut-être un modèle pour Christine Pascal, qui passe à la réalisation dès 1979, avec Félicité, un film dérangeant, impudique, bouleversant où elle se met elle-même en scène. Ce qu’elle ne fera plus par la suite, préférant laisser à d’autres comédiens le soin de faire vivre les personnages douloureux qu’elle a imaginés. Dans Zanzibar, qui raconte l’histoire d’un tournage, Fabienne Babe est son alter ego. Dans Le Petit Prince a dit, c’est Anémone et Richard Berry qui portent toute la souffrance du monde sur leurs épaules. Christine Pascal était foncièrement pessimiste. Elle vivait assez mal la perte de l’insouciance qui accompagne la prise de l’âge, elle était effrayée par l’invasion du sida, terrifiante négation du vent de liberté qui avait accompagné sa génération. Ecorchée vive, Christine Pascale s’est défenestrée le 30 août 1996.

Une fin terrible qui ne doit pas faire oublier les côtés lumineux de cette femme d’exception. Que l’on retrouve avec beaucoup d’émotion dans Journal d'un montage, un documentaire sorti en 2012, signé par Annette Dutertre, qui était assistante monteuse sur Adultère Mode d’Emploi, aux Audis de Joinville le Pont entre novembre 1994 et mars 1995. Un témoignage formidable où l’on sent battre le cœur du film à travers les discussions entre la réalisatrice et ses monteurs, où comme le dit Annette Dutertre : « On perçoit quelque chose de l’ordre des étapes de la création artistique en train de se faire, à travers la réflexion, les discussions ». Un film en forme de travail de deuil aussi.  Celui de  Christine Pascal bien sûr, mais aussi celui d’une époque, celle de la pellicule, du 35mm, des colleuses et des chutiers, une époque d’avant le numérique…

 

Un très bon trio d'acteurs, les atermoiements d'une femme adultère jouée à la perfection par Karine Viard, une histoire de gros sous, de drogue et de sexe, bref du cinéma français comme on l'aime!!!! ...

Lire la suite
7
Centauremalin
le contexte
A voir également
Affiche du film LES INSOUMIS

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film VILAINE

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film LA GARCE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
En image
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés