ALEXANDRA

Bientôt disponible
Parce qu'ancienne soliste du Bolchoi, Galina Vishhnevskaya - 82 ans dans le film - est une légende en Russie
Drame - 2007 - France | Russie - 91 MIN - Tous publics
Une grand-mère va rendre visite à son petit-fils soldat, sur le front russe en Tchétchénie. Dans le camp supposé vainqueur, elle ne perçoit que désolation et gâchis parmi la jeunesse sacrifiée...

Réalisé par

6.6 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Carlos Gómez
Carlos Gómez
CHRONIQUEUR

Si vous ne connaissez pas encore l’univers du cinéaste russe Alexandre Sokourov, ce film représente la meilleure entrée en matière possible. Sokourov est né avec un esprit libre dans un pays qui lui ne l’est toujours pas. Il a beau être le fils d’un ancien officier soviétique, en tant que cinéaste il a régulièrement été identifié chez lui comme un artiste adversaire du régime.

La description des liens familiaux hante nombre de ses réalisations, c’est le cas de Mère et fils (1997) et de Père et fils, son pendant, réalisé six ans plus tard.  Autre sujet de prédilection, les totalitarismes : Sokourov y a consacré une trilogie composé de Moloch centré sur Adolphe Hitler (1999), Taurus (sur la figure de Lénine, 2001) et enfin Le Soleil sur l’empereur Hiro Hito (2005).

Alexandra a la particularité de naviguer entre ces deux centres d’intérêt, puisqu’il dessine le portrait d’une grand-mère qui décide d’aller rendre visite à son petit-fils sur le front russe de Tchétchénie.  Pour autant, il ne s’agit pas d’un film de guerre, mais plutôt d’un film d’amour et de paix, à la forme contemplative et au propos souvent réduit à ce que nous transmettent les images. Présenté à Cannes en 2007 l’année de 4 mois 3 semaines et de 2 jours de Cristian Mungiu, il aurait fait une Palme d’or de toute beauté.

Contexte

Alexandre Sokourov

Sokourov y explorait une première fois les liens filiaux, une de ses thématiques favorites.

KATERINA IZMAÏLOVA (1966)

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité