ALL CHEERLEADERS DIE

Bientôt disponible
Humour, sexe et sang pour une amusante caricature des travers de l'Amérique machiste.
Fantastique / Horreur - 2015 - Etats-Unis - 86 MIN - interdit aux moins de 12 ans
Maddy Killian, ado rebelle de 17 ans, en veut au capitaine de l'équipe de foot de son lycée et à ses collègues qui se comportent comme des machistes misogynes. Elle se joint alors au groupe de pom-pom girls local pour prendre une revanche sur les garçons. Mais après un accident de voiture provoqué par ces derniers, Maddy et son amie Leena meurent. Ramenées à la vie par la force de la sorcellerie, elles vont utliser leurs pouvoirs pour venir à bout des footeux beaufs.
5 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Christophe Lemaire
Christophe Lemaire
CHRONIQUEUR

Réalisateur de May et The Woman, deux sublimes portraits de femmes en proie aux hommes, à leur solitude et à leur folie  sauvage, Lucky Mac Kee est un des metteurs en scène les plus atypique du cinéma indépendant de genre américain. Avec All Cheerleaders Die qu’il coréalise avec son pote Chris Sivertson, il s’est offert un entracte potache en remakant un film qu’il avait lui même réalisé dix ans auparavant sans budget et sous une forme totalement amateuriste. 

On y suit une bande de pom pom girls bêtas qui s’en prennent aux footballeurs machos de leur lycée. Sachant que deux d’entre elles, ayant péris dans un accident de voiture, reviennent à la vie après un petit coup de magie noire. Si Lucky Mc Kee retrouve en filigrane ses thèmes de prédilections (satire des travers de l’Amérique  sexiste, jeunes femmes psychotiques  éprises de vengeance et de rébellion, adolescentes en crise) son film est avant tout une comédie volontairement outrancière au look d’un clip sexy de MTV qui dégénérerait dans le gore débonnaire. Comme une teen comedy qui bifurquerait progressivement vers le film d’horreur.

« De jolies nymphettes en petite tenue, du sang non coagulé et du hip hop », telle pourrait être la tagline de All Cheerleaders Die, un vrai mixe entre la série Charmed et le cinéma d’horreur des années 90 auquel le cinéaste fait aussi référence. 

Le contexte

Les exploits sanglants d'une pom-pom girl diabolique joué par la bombe Megan Fox, effrayante et sexy dans le rôle-titre.

Lucky Mckee

Un bijou de la comédie d'horreur des années 80, seul film réalisé par Jim Muro, un des plus grands spécialistes de la steadycam à Hollywood.

I, FRANKENSTEIN

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS