ALYSE ET CHLOÉ

Bientôt disponible
Pour saluer la mémoire de Michèle Girardon, disparue tragiquement aprés le film
Drame - 1970 - France - 79 MIN - Tous publics

Alyse, la cover-girl, partage la vie de Luc, le photographe, depuis un an. Un soir, celui-ci la présente à son amie Chloé, la directrice d’une agence de publicité. Tombée sous le charme l’une de l’autre, les deux femmes entament une relation homosexuelle qui exacerbe la jalousie de Luc. A la Martinique pour un reportage sur le carnaval, il y fait la connaissance de la charmante Martha...

Réalisé par

4 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Laurent Bourdon
Laurent Bourdon
CHRONIQUEUR

Tourné en janvier et février 1970, sorti en septembre de la même année, Alyse et Chloé est le quatrième long métrage de René Gainville, cinéaste d’origine hongroise, né à Budapest en décembre 1941, futur auteur du Complot avec Michel Bouquet et de l’Associé avec Michel Serrault.

Inspiré par les très libres relations qu’entretenait à l’époque un trio de ses amis, René Gainville s’intéressa à la révolution sexuelle de cette fin des années 1960 et rédigea le scénario de son nouveau film en dressant le portrait d’Alyse, une cover-girl partagée entre Luc, son viril amant photographe, et Chloé, la rousse et saphique directrice d’une agence de publicité. Eu égard aux relations intimes entretenues par les deux héroïnes, Gainville préféra confier l’écriture des dialogues à une autre de ses amies, Marie-Louise Villiers, qui restera la dialoguiste d’un seul et unique film.

Voici donc Alyse et Chloé, interdit aux moins de 18 ans à sa sortie mais, autres temps autres mœurs, aujourd’hui autorisé pour tout public. Si, par hasard, vous avez l’impression de reconnaître le comédien qui joue le rôle du mystique gourou, taxiphobe et adorateur du nombril, c’est normal. En effet, ce parfait inconnu de 26 ans qui, après plusieurs apparitions à la télévision, faisait, ici, ses débuts au cinéma, n’est autre que... Pierre Arditi.

Tags

Le contexte

Michèle Girardon

Deux ans plus tôt, Stéphane Audran, Jacqueline Sassard et Jean-Louis Trintignant formaient un trio très semblable, bien que très chabrolien.

René Gainville

A Bangkok, l’héroïne de Just Jaeckin, elle aussi, balancera entre son homme et quelques jeunes femmes oisives et libertines...

LE SIGNE DU LION (1959)

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS