AMADEUS (DIRECTOR'S CUT)

Bientôt disponible
Parce que Vienne a été reconstituée à Prague, ville que connait bien Milos Forman, Tchèque exilé.
Drame - 1984 - France|Etats-Unis d'Amérique - 173 MIN - Tous publics
A la fin du dix-huitème siècle, Antonio Salieri est le compositeur officiel de l'empereur d'Autriche, mais tout le monde ne parle que de Mozart : un jeune artiste, aussi vulgaire que génial, qui révolutionne la musique. Jaloux, Salieri va tout faire pour nuire à Mozart.

Réalisé par

7.8 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Carlos Gómez
Carlos Gómez
CHRONIQUEUR

Amadeus appartient à cette catégorie de films qu’on regarde une fois, et qu’on n’oublie pas. Derrière la caméra, un certain Milos Forman, 52 ans à l’époque du tournage. Natif de l’ex-Tchécoslovaquie c’est aux Etats-Unis que son talent de metteur en scène s’est affirmé, après avoir gagné sa vie un temps comme professeur de cinéma à l’université de Columbia.

De fait, Amadeus est une master class de cinéma. Ce compositeur précoce et surdoué qu’on croyait connaître, Forman nous le rend surprenant. Le cheveu hirsute, toujours disposé à faire une plaisanterie, il en fait un sale gosse au talent trop grand pour son challenger Antonio Salieri. Le film fonctionne sur leur opposition, faite de haine et d’admiration mêlées surtout de la part de Salieri, envers ce phénomène d’Amadeus.

Tom Hulce, qui tient le rôle titre, était un acteur inconnu dont la performance devait pourtant nous éblouir. Il met beaucoup d’espièglerie dans son jeu. On est dans l’univers de la musique classique, mais lui a tout d’un enfant du rock. Le paradoxe est qu’il ne sut pas tirer bénéfice du fabuleux succès du film. Tout ce qu’il a pu tourner par la suite, a confirmé que Tom Hulce était appelé à rester l’homme d’un seul film. Il n’a plus rien tourné depuis 2008.

Le contexte

F. Murray Abraham est un des méchants de ce film d'action avec Schwarzenegger, où il est présenté comme "le type qui a tué Mozart".

Milos Forman

Sans atteindre les sommets d'Amadeus, cette évocation de la vie de Beethoven est splendide, et bénéfice d'une interprétation habitée de Gary Oldman.

FRANKENSTEIN