AMERICAN NIGHTMARE

À partir de 2.99 €
Parce que le réalisateur est fasciné par la secte de Charles Manson
Fantastique / Horreur - 2013 - France|Etats-Unis d'Amérique - 82 MIN - VM - HD - interdit aux moins de 12 ans
Dans une Amérique du futur proche la loi permet une nuit par an la "purge", c'est à dire la libération temporaire de tous les bas instincts. Mais cette nuit-là dans un quartier hypersécurisé, une famille va subir les conséquences tragiques de sa réussite , simplement parce que le fils a donné l'asile à un fuyard.

Réalisé par

5.1 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Denis Parent
Denis Parent
CHRONIQUEUR

Dans l’Amérique de demain matin le gouvernement a instauré une nuit de purge. Pendant 12 heures tous les crimes sont permis. C’est l’argument, en guise de télé réalitémorbide, qui prévaut dans « American Nightmare », un film de James DeMonaco sorti en 2013.

On va suivre la nuit d’horreur d’une famille fortunée - papa maman, le jeune garçon et l’adolescente perturbée - enfermés dans leur résidence sécurisée, avec bien sûr une faille dans le dispositif, sinon y’aurait pas de films.

C’est un long métrage à petit budget qui a explosé le compteur et généré une franchise. Mais on a le plaisir d’y souffrir avec Ethan Hawke et Lena Headey. Oui Lena Headey, celle qui jouait la méchante reine de Game of throne. Cette fois, elle va moins la ramener.

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Ethan Hawke

Une date dans le genre dystopique qu'on qualifiait jadis d'"anti-utopie". Dans un futur proche, Manhattan est devenue une zone de non-droit où l'Etat contient la délinquance et le crime. Le héros doit y pénétrer pour sauver le président. Dans la jungle des villes le futur se consomme.

James Demonaco

Premier film d'une trilogie à succès montrant une Amérique dystopique où les enfants des pauvres participent à des jeux du cirque dont le gagnant devient riche et célèbre après avoir exterminé tous les autres. Tiré d'un roman le film est une critique radicale du jeu, des médias et du pouvoir corrompu.

BIENVENUE À GATTACA DE ANDREW NICCOL (1997)

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS