ASSASSIN(S)

Bientôt disponible
Parce que le passage du film à Cannes en 1997 donna lieu à une fameuse bronca dont le Festival a le secret
Drame - 1997 - France - 128 MIN - interdit aux moins de 16 ans
Un tueur à gages en fin de carrière voudrait transmettre son savoir à un jeune garçon paumé entré chez lui par effraction. Mais l'amour du travail bien fait et de l'éthique ne semble pas signifier grand chose pour son disciple...

Réalisé par

6.2 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Carlos Gómez
Carlos Gómez
CHRONIQUEUR

"Toute société a les crimes qu'elle mérite." Le sous-titre qui accompagnait Assassin(s) à sa sortie en mai 1997 avait l’audace d’annoncer la couleur. Une couleur d’un beau rouge sang forcément, ainsi que vous allez pouvoir l’apprécier dans certaines scènes très très explicites, qui devaient valoir au cinéaste alors tout juste âgé de trente ans, quelques attaques elles aussi bien saignantes…

Comme pour La Haine, sorti deux ans plus tôt, Matthieu Kassovitz, choisit la banlieue parisienne pour point de départ de son nouveau drame social. Il y incarne Max, un jeune chômeur sans autre horizon que l’écran de sa télévision qu’il regarde, avachi dans le salon de sa mère, jusqu’à sa rencontre avec Monsieur Wagner, un tueur à gages en fin de course, qui va le conduire sur les sentiers de la perdition…

Michel Serrault est alors âgé de 69 ans. Le grand public plébiscite depuis des années le fabuleux comique qu’il est, bien qu’il excelle tout autant dans ce registre dramatique. Sous la direction de son ami Claude Chabrol, Serrault avait déjà joué les monstres en incarnant avec puissance le Docteur Petiot. Mais ici, il va sans doute un peu plus loin encore, avec un cynisme glaçant qu’on ne lui connaissait pas…

Le contexte

Michel Serrault

MICHAEL HANEKE AVAIT EXPLORE LE SUJET DE LA VIOLENCE GRATUITE DANS CE FILMS EGALEMENT SANS CONCESSION AUX NORMES

Mathieu Kassovitz

REALISÉ AUSSI PAR MATTHIEU KASSOVITZ ON Y TROUVE DÉJA SES THEMES CHERS SUR LES ORIGINES DE LA VIOLENCE

GARDE A VUE

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS