BARBARELLA

Bientôt disponible
Parce que Jane Fonda a avoué avoir traversé tout le tournage en état d'ivresse sur les conseils de son mari Roger Vadim
Science-fiction - 1968 - France|Italie - 94 MIN - Tous publics
Dans un futur lointain, Barbarella est choisie par le Président de la Terre pour retrouver la trace d'un certain Duran-Duran qui a disparu après avoir mis au point une arme destructrice. A bord de son astronef, la jeune femme entame un voyage intersidéral qui la mène d'abord sur la planète Lithion puis sur Sogo. Sa mission sera l'occasion de multiples rencontres, dangereuses ou amoureuses.

Réalisé par

6 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Jacques Lévy
Jacques Lévy
CHRONIQUEUR

Icône marquante des sixties, Barbarella est au départ une héroïne de BD imaginée par Jean-Claude Forest. En 1966, dans "Qui est in qui est out", Serge Gainsbourg chante « Barbarella garde tes bottines, Et viens me dire une fois pour toutes Que tu m'aimes Ou sinon Je te renvoie à ta science-fiction ». Deux ans plus tard, au cinéma, ce personnage prendra les traits de Jane Fonda.

Ces aventures intergalactiques situées dans un futur lointain, empruntent certes à l’univers de la SF leur lot de vaisseaux spatiaux en mission, de savants fous, et d’engins extraordinaires qui ont pour nom Polyrayon ou Orgasmotron. Mais le scénario est avant tout imprégné d’un érotisme soft et un prétexte à mettre en valeur la plastique irréprochable de Jane Fonda. Cette dernière est d’ailleurs dirigée par Roger Vadim, alors son époux, qui avait transformé Brigitte Bardot en sex symbol en signant Et Dieu créa femme. 

Avec son esthétique pop (certains diront kitsch) et ses costumes incroyables signés Jacques Fonteray et Paco Rabanne, Barbarella a traversé les époques. Le groupe de rock anglais Duran Duran a même choisi son nom en référence au personnage du méchant et il a d’ailleurs sorti une chanson intitulée « Electric Barbarella » dans les années 90.

Le contexte

Jane Fonda

Une autre réalisation de Vadim interprétée par Jane Fonda, d'après Zola

Roger Vadim

Des aventures librement tirées d'une BD qui font la part belle à l'érotisme

ON ACHEVE BIEN LES CHEVAUX