Bande Annonce de BARRY LYNDONDécouvrez la bande Annonce de BARRY LYNDON sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/885/fond/885_w_500.jpg
Stanley Kubrick
Hardy KrügerMarisa BerensonPatrck MageeRyan O'NealSteven BerkoffFrank MiddlemassGuy HamiltonLeon VitaliLeonard RossiterMarie Kean

BARRY LYNDON

177 mn

Note de SensCritique :

8 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Stanley Kubrick.

Casting : Hardy Krüger, Marisa Berenson, Patrck Magee, Ryan O'Neal, Steven Berkoff, Frank Middlemass, Guy Hamilton, Leon Vitali, Leonard Rossiter. Marie Kean

Synopsis : L'Irlande, au XVIIIème siècle. Amoureux de sa cousine volage, le jeune Redmond Barry défie en duel le prétendant de celle-ci, un officier anglais. Dans sa fuite, il est contraint de s'enrôler dans l'armée britannique pour combattre sur le continent européen. Il croise ensuite la route d'un officier prussien manipulateur, d'un aristocrate flamboyant et de Lady Lyndon, qui devient, dès la mort de son mari, une veuve sublime et surtout fortunée...

Scénario : Stanley Kubrick.
Musique : Franz Schubert.
Pays : Royaume-Uni
Tags : Drame, Politique / Histoire, Anglais et classiques, Le discours d'un roi, Aussi longs que bons, Love stories impossibles, Baignoires.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Généralement considéré, avec 2001, Odyssée de l’espace, comme le chef d’œuvre de Stanley Kubrick, Barry Lyndon connut une genèse agitée. Auréolé du succès, entaché d’une terrible polémique, d’Orange mécanique en 1972, Kubrick est sans conteste, en ce début des années 70, le cinéaste le plus important de sa génération. Tous les gros projets lui parviennent (tel L’Exorciste qu’il refuse, faisant le bonheur et la fortune de William Friedkin) mais lui n’ambitionne qu’une chose : réaliser une biographie de Napoléon. Pour ce faire, il commande un scénario à Andrew Birkin et rassemble lui-même, comme à son habitude, une foule d’informations sur le sujet. Hélas, le projet, pharaonique, capote pour des raisons financières. Son Napoléon ne verra jamais le jour.

Kubrick s’oriente alors vers l’adaptation d’un livre qui lui permettra de recycler une partie des recherches, notamment plastiques, effectuées pour Napoléon. Il choisit « Mémoires de Barry Lyndon, Esquire, par lui-même » de William Makepeace Thackeray. Situé au milieu du XVIIIème siècle, le roman raconte l’irrésistible ascension d’un jeune Irlandais idéaliste, confronté aux horreurs d’un monde en guerre et à sa propre ambition, de plus en plus dévorante. Nous sommes en plein dans la problématique kubrickienne : la résolution impossible du conflit entre les aspirations individuelles, la loi et la morale.

La désignationde Ryan O’Neal dans le rôle-titre a surpris. On sait aujourd’hui que le choix d’un acteur rentable était l’une des conditions préalables exigées par la Warner. Il se trouve que O’Neal, spécialisé dans les mélos tire-larmes (Love story) et dans les comédies populaires (On s’fait la valise docteur ?), était alors au top. C’est donc assez naturellement qu’il hérita du rôle après la défection de Robert Redford, premier choix de Kubrick. Son visage poupin, son allant et sa sensibilité se révélèrent finalement en phase avec le personnage, dont la plongée progressive dans le vice et le sadisme est renforcée par cet angélisme de façade.

Sa beautéplastique inégalée, Barry Lyndon la doit à l’exigence, désormais fameuse, de Kubrick. Les costumes du film sont ainsi pour la majorité des originaux rachetés à prix d’or par le cinéaste lui-même et, pour le reste, des copies réalisées à partir de tableaux et dessins du XVIIIème siècle. Si le film vous évoque quelques maîtres, ce n’est d’ailleurs pas par hasard : certains plans sont directement inspirés par la peinture de l’époque, en particulier par celle de Thomas Gainsborough.

Autres éléments marquants du mythe Barry Lyndon : les décors et l’éclairage naturels. Entièrement filmées dans des bâtisses du XVIIIème siècle, les intérieurs sont notamment éclairés aux chandelles ou à la bougie, dans les conditions de l’époque ! Kubrick eut beaucoup de mal à en convaincre son directeur artistique, Ken Adam, partisan d’un tournage en studio classique. Pensez donc : Il fallait se procurer un objectif capable d’être sensible à la luminosité ridicule générée par quelques flammes… Finalement, Kubrick obtint de la Nasa l’objectif idoine qui nécessitait de surcroît l’emploi d’une caméra spécialement adaptée. Marisa Berenson, la délicate interprète de Lady Lyndon, a confié par la suite que dans les scènes ainsi éclairées, les mouvements étaient limités car la mise au point relevait de la gageure…

Sur le plateau, Kubrick, fidèle à sa légende, se montre concentré et, parfois, tyrannique. Il ne ménage pas Ryan O’Neal à qui il fait faire, par exemple, une cinquantaine de prises de la scène où Barry Lyndon est effondré au chevet de son fils mourant. Au point que l’acteur est réellement à cran à l’image. Discutable, la méthode porte néanmoins ses fruits…

A l’occasion de ce tournage, Kubrick étrenne une méthode, expérimentée par Sergio Leone sur Il était une fois dans l’Ouest : le jeu en musique. Pendant les prises, il diffuse du Schubert pour imprégner les acteurs du sentiment tragique et romantique censés les habiter. Précisons à ce propos que le méticuleux cinéaste a triché avec la réalité : le thème musical du film date du début du XIXème siècle et non du XVIIIème…

Commencé en Irlande à la mi-1973, le tournage vire progressivement au cauchemar. Agité par des tensions politiques aiguës et le souvenir de la polémique générée par Orange mécanique, la verte contrée se révèle inhospitalière. Après la visite d’un inconnu chez lui, le réalisateur craint d’être kidnappé ou qu’on s’en prenne à sa famille. Début 1974, le tournage est définitivement interrompu (et déplacé en Angleterre) par la production après des menaces de mort proliférées contre le cinéaste. Les renseignements irlandais confirment alors que Kubrick est une cible potentielle de l’IRA.

A sa sortie en 1975, après 300 jours d’un tournage chaotique, le film est froidement accueilli par la critique, qui lui reproche son formalisme excessif et son cynisme un peu distant, marques de fabrique de Kubrick aujourd’hui saluées ! L’accueil n’est pas meilleur côté public. Barry Lyndon se ramasse au box-office américain où il ne récolte que 9,5 millions de dollars, une recette insuffisante comparée aux 11 millions qu’il a coûtés… Les Oscars 1976 s’apparentent à un nouveau camouflet pour Kubrick : Barry Lyndon récolte seulement 4 statuettes techniques. Le temps a depuis heureusement fait son œuvre.

Ah ! Redmond... Ce film nous amène à "la grande question cinématographique" : comment un personnage, si bien vêtu, filmé avec tant d'art, de science et de goût, dans des décors naturels si somptueux, dans des intérieurs aux éclairages si raffinés, si mesurés, si limpides, ...

Lire la suite
10
Anonymus

#JeSuisKubrick

Ça avait commencé comme ça, sur rien, une de mes peccadilles quotidiennes, l'occasion immanquable d'exposer ma détestation quasi totale du dénommé Stanley Kubrick, génie du 7ème Art de son état. Et je dois bien avouer que c'est une petite joie que je m'accordais avec la ...

Lire la suite
10
DjeeVanCleef

Le médisant parvenu.

L’émotion esthétique, générée par la beauté des images et la perfection de la composition, est un sentiment rare qui n’advient que rarement. Beaucoup de films y tendent, un grand nombre fascine. Rares sont ceux qui y parviennent pleinement. Kubrick a l’immense mérite ...

Lire la suite
10
Sergent Pepper
A voir également
Affiche du film CHASSEUR BLANC COEUR NOIR

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film MORT À VENISE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film EYES WIDE SHUT

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film AUTANT EN EMPORTE LE VENT

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés