Bande Annonce de BELLE DE JOURDécouvrez la bande Annonce de BELLE DE JOUR sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/1234/fond/1234_w_500.jpg
Luis Buñuel
Catherine DeneuveGeneviève PageJean SorelMichel PiccoliPierre ClémentFrancis BlancheFrancisco RabalFrançois MaistreFrançoise FabianGeorges MarchalMacha MérilMaria LatourMuni

BELLE DE JOUR

96 mn

Note de SensCritique :

7.3 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Luis Buñuel.

Casting : Catherine Deneuve, Geneviève Page, Jean Sorel, Michel Piccoli, Pierre Clément, Francis Blanche, Francisco Rabal, François Maistre, Françoise Fabian, Georges Marchal, Macha Méril, Maria Latour. Muni

Synopsis : Jeune couple bourgeois, Séverine et Pierre s’aiment d’amour tendre, mais peu charnel. Son plaisir, Séverine le trouve dans des rêveries érotiques où elle se fait humilier. Husson, libertin autoproclamé et ami de son mari, fait un jour allusion aux « maisons » qu’il fréquente. Il cite, incidemment, l’adresse de « Madame Anaïs ». Elle s’y rend et, sous le nom de Belle de jour, devient prostituée chaque après-midi. Parmi ses clients, il y a Marcel, petit truand à la gueule d’ange, aux dents gâtées et aux chaussettes trouées, qui lui plait particulièrement.

Scénario : Jean Claude Carrière, Luis Buñuel.
Pays : France | Italie
Tags : Drame, Femmes, femmes, Du vieux papier vers l’écran, C'est combien ?, Par la fenêtre.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Belle de jour, c’est d’abord un roman de Joseph Kessel qui fit scandale au moment de sa parution, en 1928. L’écrivain y relatait la double vie de Séverine, bourgeoise dont la vie sexuelle s’épanouit dans la prostitution et le masochisme. Ce roman, Luis Buňuel ne l’aimait pas.

Lorsque, dans les années 60, les frères Hakim, importants producteurs de l’époque, lui proposent d’en faire une adaptation, il refuse d’abord. « Trop feuilletonesque », dit-il. A moins que l’on ne lui accorde une liberté totale. Peut-on dire non à Buňuel ? Toute liberté en poche, le cinéaste s’en va trouver Jean-Claude Carrière. Rencontré pour l’adaptation du Journal d’une femme de chambre, en 1964, le scénariste devient, dès lors, son collaborateur privilégié. Ensemble, ils travaillent sur ce qui les intéresse : la part obscure de la sexualité, ici féminine et masochiste, et les dessous pervers de la bourgeoisie. Ils fondent le tout dans une ambiance surréelle où les nombreux fantasmes de l’héroïne apparaissent comme des scènes oniriques dont le signal est donné par des tintements de grelots. Très peu déshabillée par Buňuel, Catherine Deneuve, qui est Séverine, est habillée intégralement et pour la première fois par Yves Saint-Laurent. Elle le sera désormais dans la vie.

Pour l’actrice, essentiellement vue, alors, comme la romantique jeune fille des Parapluies de Cherbourg, Belle de jour, qui connaît un grand succès, est une étape importante. On ne la verra plus de la même façon. Elle y gagnera des rôles dans des registres plus divers. Elle en récoltera aussi une image de beauté froide, moins plaisante pour elle. Belle de jour obtint le Lion d’or au festival de Venise 1967. Et Catherine Deneuve retrouva Buňuel en 1970 pour Tristana.

Dans leur travail préalable à l’écriture du scénario, Luis Buňuel et Jean-Claude Carrière se sont sérieusement documentés sur le comportement des femmes masochistes et sur celui des clients des maisons closes. Ils ont lu _ beaucoup _ et interviewé et des psychiatres et des prostituées. Et tout ce qui est montré dans le film est rigoureusement puisé dans la réalité, des gestes maladroits de Séverine aux mises en scène exigées par les clients de Madame Anaïs. La preuve ? Jacques Lacan soi-même utilisa le film dans certains de ses séminaires.

Buňuel, d’ailleurs, pensait le cinéma comme une expression du subconscient. Dans Belle de jour, onirisme et réalisme sont éminemment poreux. Les séquences de fantasmes sexuels, amenées par les tintements des clochettes, sont, a priori, oniriques. Mais les scènes, a priori réalistes, de la vie de Séverine, celles, en particulier, où elle se trouve avec son mari, sont d’une convention tellement appuyée, avec ces dialogues qui semblent venus de chez Barbara Cartland, qu’elles transpirent l’artificiel. C’est la façon de Buňuel de brouiller les pistes, de maintenir l’ambigüité.


Ce qui est inhabituel, en revanche, dans son cinéma et que l’on peut noter dans Belle de jour, ce sont des références, légères certes, mais références quand même, à d’autres cinéastes. C’est le Herald tribune vendu à la criée sur les Champs-Elysées comme dans A bout de souffle. Ou les chignons très serrés de Séverine, semblables à ceux de Tippi Hedren dans les films d’Hitchcock, dont Pas de printemps pour Marnie, qui est aussi l’histoire d’une femme qui a certains problèmes avec sa sexualité. Hitchcockien encore et pas davantage dans ses habitudes, le cameo auquel il se risque. On le voit, en effet, assis à la table d’un salon de thé champêtre, une calèche, avec chevaux et les fameux grelots, apparaissant derrière lui. Joseph Kessel aurait pu s’estimer trahi par cette adaptation très libre de son œuvre. Eh bien, non seulement il n’en a pas voulu un seconde à Buňuel, mais il a déclaré le film supérieur au roman.

En 2006, Manoel de Oliveira a voulu donner une suite à Belle de jour. C’est Belle toujours où une Séverine vieillissante incarnée par Bulle Ogier tente de savoir si Husson le libertin, joué par Michel Piccoli dans les deux films, a dévoilé à son mari, désormais défunt, ses turpitudes passées.

Ombres et Lumières

En ayant vu pour la énième fois, "Belle de jour", je me demande à quel point ce film de Luis Bunuel, n'est pas à l'origine du "malentendu" qui existe entre le public et Catherine Deneuve et à quel point elle n'en a pas jouer! Car tout le mythe Deneuve et l'idée que s'en ...

Lire la suite
8
Guillaume Rouleau

Amour ou Plaisir:cruel dilemme

Je m'attendais à voir un énième film romantico-dramatique français chiant, racontant les affres sentimentaux futiles de bobos parisiens. Eh ben non! J'avoue avoir été agréablement surpris par la subversion du propos. En effet, Buñuel traite de manière frontale, sans ...

Lire la suite
7
Wobot

Cet obscur objet du désir

Catherine Deneuve, pur objet de fantasmes, au cœur d'une trouble histoire de songes et de questionnement du désir. Le film est tout sauf misogyne, bien au contraire, il est même plutôt féministe dans la pensée, Bunuel ne juge pas son personnage féminin, et ne s'attarde pas ...

Lire la suite
9
MrOrange
A voir également
Affiche du film LA GUERRE DES MISS

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LES PRÉDATEURS

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film LA FIÈVRE MONTE À EL PAO (VERSION RESTAURÉE)

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film INCEPTION

à partir de

1.99
Inclus danspassillimite
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés