BIENVENUE à GATTACA

Bientôt disponible
Parce qu'on y retrouve exactement les mêmes voitures que dans THX1138
Science-fiction - 1998 - Etats-Unis - 106 MIN - Tous publics

Dans cette société parfaite, l’humanité est faite de deux castes, triées par ADN. Celle des Valides vous prédispose à la meilleur des positions sociales possibles. Celle des Invalides vous impose, au mieux, de faire le ménage chez les Valides. Mais on peut aussi essayer de tricher. Ce que fait Vincent qui veut travailler à Gattaca, un centre de recherches spatiales.

Réalisé par

7.7 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Colette Milon
Colette Milon
CHRONIQUEUR

Andrew Niccol est depuis dix ans à Londres. Il réalise des films publicitaires et ça marche bien pour lui. Il pourrait continuer encore longtemps, toute sa vie s’il le souhaite, mais, justement, il ne le souhaite pas. Il a 30 ans, il a quitté la Nouvelle-Zélande pour travailler dans le cinéma, mais jamais il n’a voulu s’enfermer dans la publicité. Il écrit aussi. Des scénarios d’anticipation qui feraient, il en est persuadé, d’excellents longs métrages. Il pourrait les mettre en scène. Faire « des films de plus de 60 secondes », c’est ce qu’il dit, il aimerait bien. Maintenant, c’est donc Hollywood qu’il lui faut.

En 1993, il y est. La Paramount a lu et apprécié son Malcolm show, l’histoire d’un homme filmé à son insu depuis sa naissance, vedette sans le savoir d’une émission de téléréalité. Elle est OK pour le faire. Mais il va falloir quelques petits changements. Bien sûr, dit Niccol qui s’entend notifier dans la foulée que, bien sûr aussi, il n’est pas question pour lui de diriger le film. Un budget de 80 millions de dollars à un débutant, vous pensez ! Peter Weir fera ça très bien. Au fait, le film s’appelle maintenant Truman show.

Il s’agit donc de passer à autre chose. Niccol a un autre scénario. Il y est question d’eugénisme. On y voit une société où la science génétique a pris le pouvoir et où le mérite se mesure uniquement à l’ADN. Il en a eu l’idée en lisant une déclaration de James Watson, prix Nobel 1962  : « Jusqu’à présent nous pensions que le futur se trouvait dans les étoiles. Aujourd’hui, nous savons qu’il est dans nos gènes ».

Le scénario passe sous les yeux de Danny DeVito qui s’y arrête, ne le lâche pas. Et s’enthousiasme. Le budget sera modeste pour Hollywood (36 millions de dollars) mais le film se fera. Il sortira en 1997, aura Andrew Niccol pour metteur en scène. Il s’appellera Bienvenue à Gattaca.

Contexte

Ethan Hawke

Andrew Niccol

7H58 CE SAMEDI-LÀ

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité