BIG DADDY

Bientôt disponible
Parce que le gamin du film était interprété par deux jumeaux qui se relayaient...
Jeunesse - 1999 - Etats-Unis - 93 MIN - Tous publics
Le brave Sonny, qui brûle la vie par les deux bouts, veut se redonner une respectabilité aux yeux de sa belle, faute de quoi il la perdra. Par un concours de circonstances il hérite provisoirement de l'enfant d'un copain parti à l'étranger. C'est un formidable alibi aux yeux d'une femme de faire croire qu'on est un homme responsable puisque l'on est père. L'ennui c'est que le rejeton fait partie de la catégorie des casse-pieds universels. Le papa poule risque de se retrouver plumé.

Réalisé par

5.4 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Denis Parent
Denis Parent
CHRONIQUEUR

En 1999 sort Big Daddy, littéralement gros ou grand papa, une comédie américaine mise en scène par Dennis Dugan. Adam Sandler y joue un célibataire militant qui se retrouve avec un enfant sur les bras et pense que cela va influencer favorablement la femme de ses rêves. Ce qui lui permettrait de la reconquérir. Evidemment, éternel ressort de la comédie américaine, le rejeton est envahissant et bientôt le faux père pourrait se transformer en vrai et même en super papa. Les tribus bobos de Manhattan et leur nomadisme affectif, prennent là une salutaire leçon sur le sens de la responsabilité du vrai mâle américain. Heureusement on sourit, on rit, et on y va de sa larmichette. 

Contexte

Adam Sandler

Sans doute le film originel de tous ceux qui allaient traiter de la paternité et surtout de la paternité adoptive. Le vagabond et l'orphelin fuyant une société hostile recréent dans la drôlerie et l'émotion les mécanismes de l'identification père-fils. Un grand film toujours imité, rarement égalé...

Dennis Dugan

Remake du film français "Trois hommes et un couffin" cette comédie américaine surfe sur la vague des nouveaux pères, dépassés mais heureux. Cette fois ils sont trois et chez nos amis libéraux, c'est à celui qui sera le meilleur père...

PUNCH-DRUNK LOVE DE PAUL THOMAS ANDERSON (2002)

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité