BLACK CHRISTMAS

Bientôt disponible
Parce que le film passe pour être le père du slasher
Fantastique / Horreur - 1974 - Etats-Unis - 98 MIN - interdit aux moins de 12 ans
Le soir de Noël, dans un pensionnat de jeunes filles. D'étranges appels téléphoniques viennent troubler la quiétude de la soirée, et certaines des filles disparaissent mystérieusement à l'étage. Aucune d'elles ne se doute encore que les appels proviennent de l'intérieur de la maison, où un mystérieux tueur s'est établi...

Réalisé par

6.8 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Mathilde Lorit
Mathilde Lorit
CHRONIQUEUR

Signé Bob Clark en 1974, Black Christmas est considéré, à juste titre, comme le film fondateur du slasher américain, un genre qui donnera, entre autres merveilles horrifiques, Halloween, signé John Carpenter, ou, plus près de nous, la série des Scream de Wes Craven. le principe est simple : un mystérieux tueur psychopathe assassine un à un les personnages introduits en début de film !
C’est à un jeune scénariste canadien que l’on doit l’idée de Black Christmas, inspirée par un fait divers. Bob Clark remanie le script et plonge une pension de jeunes filles dans la terreur et le harcèlement téléphonique …
L’idée de génie du réalisateur, c’est de tourner un film dans lequel le tueur n’apparaît jamais, et d’y ajouter un twist final qui rompt avec la tradition des dénouements nets et précis.
Bob clark réunit autour de lui une brochette de jeunes actrices tout juste lancées : Olivia Hussey, saluée pour son interprétation de Juliette dans le Romeo et Juliette de Zeffirelli, s’empare du rôle de jess, héroïne torturée, tandis que Margot Kidder, tout juste sortie du succès de Sisters de Brian De Palma, renoue avec l’angoisse.
Keir Dullea, découvert dans 2001, L’Odyssée de l’espace, est aussi de la partie, au côté de John Saxon, qui peut déjà se targuer d’avoir collaboré avec Blake Edwards, Vincente Minnelli et John Huston.
La qualité de l’interprétation est donc l’une des composantes de la réussite de cette production canadienne, au même titre que le soin extraordinaire porté à la lumière et à la bande-son. sans oublier l’angoisse suscitée par le tournage en caméra subjective, qui fait aussi de Black Christmas un grand film sur le voyeurisme !

Le contexte

Une autre réussite dans la catégorie horreur canadienne, qui fait d'ailleurs partie des films préférés de Quentin Tarantino !

Bob Clark

John Carpenter a probablement été inspiré par Black Christmas au moment de réaliser ce pur slasher movie.

SISTERS

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS