Bande Annonce de BORSALINO & CO.Découvrez la bande Annonce de BORSALINO & CO. sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/791/fond/791_w_500.jpg
Jacques Deray
Alain DelonCatherine RouvelReinhardt KolldehoffRiccardo CucciolaAdolfo LastrettiAndré FalconDaniel IvernelGreg GermainGünter MeisnerJacques DebaryLionel VitrantAnton DiffringClaudine AugerMarc EyraudMireille DarcPhilipe CastelliRoger LumontYvan Chiffre

BORSALINO & CO.

101 mn

Note de SensCritique :

5.3 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Jacques Deray.

Casting : Alain Delon, Catherine Rouvel, Reinhardt Kolldehoff, Riccardo Cucciola, Adolfo Lastretti, André Falcon, Daniel Ivernel, Greg Germain, Günter Meisner, Jacques Debary, Lionel Vitrant, Anton Diffring, Claudine Auger, Marc Eyraud, Mireille Darc, Philipe Castelli, Roger Lumont. Yvan Chiffre

Synopsis : Marseille années 30. Roch Siffredi venge l’assassinat de son ami François Cappella. Mais le frère du truand qu’il abat dans ce but, Giovanni Volpone, un gangster italien lié aux milieux fascistes, décide de répliquer. Il prend le contrôle de la ville, élimine sans pitié tous ses adversaires et anéantit ce que Siffredi s’était construit. Celui-ci doit s’enfuir à Gênes. Mais il revient à son tour trois ans plus tard pour prendre sa revanche.

Scénario : Jacques Deray, Pascal Jardin.
Musique : Claude Bolling.
Pays : France | Italie
Tags : Policier / Suspense, Histoires dans l'histoire, Films de gangsters, Politique / Histoire, Entre deux guerres, Trains, Autour de l'ange du mal , Criminels européens, Spécial années 30.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Sorti au mois d’octobre 1974, Borsalino & Co est le quatrième des neuf films que le réalisateur Jacques Deray tourne avec Alain Delon, une collaboration comprenant notamment La Piscine, Flic Story et donc Borsalino en 1970. Ce premier épisode avait réuni sur une même affiche Alain Delon et Jean Paul Belmondo et il s’était soldé par un triomphe public, plus de 4,7 millions d’entrées, à une époque où, rappelons-le en passant, le haut du box office était trusté par des films français, et souvent des films d’auteurs. Borsalino racontait l’ascension de deux caïds marseillais, Siffredi et Cappella, une histoire librement inspirée de celle des authentiques gangsters Carbone et Spirito. Borsalino s’achevait par la mort de Capella-Belmondo.

En 1972, soit deux ans plus tard, Jacques Deray a achevé à Los Angeles le tournage du très français Un homme est mort avec Jean Louis Trintignant. Il doit ensuite filmer un roman de Boileau-Narcejac intitulé Mon tout est un homme,  sur un scénario conjoint d’Andrzej Zulawzski et Mark Peploe. Le projet capote au dernier moment. C’est alors qu’Alain Delon propose à Jacques Deray de tourner une suite de Borsalino, la vengeance de Siffredi, et surtout les conséquences de cette vengeance. « On ne se baigne pas deux fois dans le même fleuve ! » pense Deray dans un premier temps, avant de se raviser. 

« L’envie de diriger un spectacle était bien plus forte, ! » expliquera-t-il plus tard. En hommage au premier épisode, Borsalino & Co s’ouvre ou presque sur une photo de Jean Paul Belmondo-Capella. Deray y tient, et Belmondo lui  a donné son accord. Ajoutons que enfin Borsalino & Co sera lui aussi salué par le public, comme son grand frère, mais à un niveau moindre, assorti il est vrai d’une interdiction au moins de treize ans justifiée par la scène finale.

Comme vous avez pu le constater, Borsalino & Co est nourri de trains, ce qui nous ramène en fait aux aléas du tournage du premier épisode. Une dévaluation monétaire inattendue avait contraint la production de Borsalino 1 à rogner son budget de 17%. La séquence finale, une scène de train précisément dans laquelle Belmondo mourait, avait fait les frais de ces coupes. Le temps a passé. Le franc s’est stabilisé, et les trains deviennent les grandes vedettes à retard de Borsalino & Co. On met ainsi à la disposition de Jacques Deray une Pacific 231 K 8 datant de 1912, avec les mécaniciens, les chauffeurs et les cheminots venus spécialement de Calais. La gare d’Austerlitz devient la gare de Marseille, la gare d’Houdan celle de Montélimar.

Autant le premier épisode, s’inspirant de véritables gangsters, devait faire preuve d’un minimum de réalisme, en tout cas s’efforcer de, autant la suite se veut plus fantaisiste, plus proche de l’univers de la bande dessinée. Jean Claude Carrière, Claude Sautet et Jean Cau les précédents scénaristes ont cédé la place à Pascal Jardin, un habitué des films d’Alain Delon. Mais on retrouve aussi dans cette suite beaucoup d’éléments du premier opus, le même décorateur, le même costumier Jacques Fonteray, le même musicien Claude Bolling, des comédiens qui reviennent, Daniel Ivernel, Catherine Rouvel. Et la même apparition le temps d’un plan, de Mireille Darc en prostituée du Panier. A l’inverse, viennent rafraichir la distribution l’italien Riccardo Cucciola en infâme Volpone, Il a été prix d’interprétation à Cannes pour Sacco et Vanzetti, ainsi que l’Allemand René Kolldehoff, remarqué dans Les Damnés de Luchino Visconti.

Bien sûr l’Alcazar de Marseille a été reconstitué dans Paris, au Palace rue du Faubourg Montmartre très précisément, Mais une bonne partie du tournage comme pour le précédent épisode s’est déplacé à Marseille. C’est sur ce tournage que, par Mireille Darc interposée, Delon a fait circuler la consigne qu’il ne fallait plus le tutoyer et l’appeler désormais Monsieur Delon. Borsalino & Co s’achève sur les mots «  A suivre… ». Il n’y aura pourtant pas de Borsalino 3, mais en revanche cinq nouvelles rencontres Delon/Deray. La face saltimbanque d’un réalisateur au service d’un cinéma de genre. L’homme Jacques Deray était d’une très grande sensibilité, et le public salua davantage ses divertissements que certains films plus sensibles comme « Un papillon sur l’épaule » ou « Un peu de soleil dans l’eau froide ».

Suite directe de Borsalino, nous voyons ici Roch Siffredi partir à la recherche des commanditaires de l'assassinat final du premier volet. Alors, ici, la relative légèreté laisse place à un univers plus "noir", mais il me semble que Delon y a vraiment imprimé sa patte ; l'esprit ...

Lire la suite
7
Boubakar

Malgré l’absence de Bébel cette suite de Borsalino m’a davantage plu ; l’ambiance est plus sombre, il y a plus d’action (de bonnes séquences de fusillades style western) et même quelque instant cruel. Delon est très bon en vengeur. Le scénario lui aussi est plus ...

Lire la suite
7
AMCHI
A voir également
Affiche du film POUR LA PEAU D UN FLIC

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LE GANG

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film FLIC STORY

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LES AFFRANCHIS

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
En image
FilmoTV vous recommande
Affiche du film BASTILLE DAY

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film APPRENTICE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film IRREPROCHABLE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film SUICIDE SQUAD

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film GENIUS

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés