BRAQUAGES

À partir de 7.99 €
Pour la réplique : "mais qui veut avoir l'air calme ?"
Policier / Suspense - 2002 - Etats-Unis d'Amérique|Canada - 109 MIN - VF - HD - Tous publics

Passé la soixantaine, Joe Moore, spécialiste du vol à main armée, a décidé de prendre sa retraite en compagnie de sa jeune compagne, après le braquage d’une bijouterie parfaitement réussi mais, au cours duquel des caméras de surveillance l’ont filmé à visage découvert. Bergman, son receleur et commanditaire, ne voit pas les choses de la même manière et l’oblige à exécuter un nouveau contrat...

Réalisé par

5.7 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Laurent Bourdon
Laurent Bourdon
CHRONIQUEUR

Né en 1947, le réalisateur, scénariste, dramaturge, metteur en scène de théâtre et Prix Pulitzer David Mamet a 54 ans à la sortie de Braquages, son huitième long métrage en tant que réalisateur, habile variation autour du thème du vieux truand résolu à prendre une retraite bien méritée après un dernier gros coup, en même temps qu’un vibrant hommage aux films noirs américains, de Quand la ville dort à Guet-apens.

Un an après Séquences et conséquences, une comédie satirique visant les milieux du cinéma avec Alec Baldwin et Philip Seymour Hoffman, Mamet revient donc au film policier, un genre qu’il connaît bien, souvenez-vous d’Engrenages ou d’Homicide, sans parler des scénarios du Facteur sonne toujours deux fois, de Bob Rafelson, ou de Verdict, de Sydney Lumett. Souvent fidèle à ses comédiens, Mamet, cependant, dirige ici pour la première fois Delroy Lindo, comédien anglais d’origine jamaïcaine, particulièrement remarqué en organisateur de paris clandestins dans Malcolm X de Spike Lee. Pour la première fois aussi, il dirige Sam Rockwell, qui venait de perdre la partie face à Cameron Diaz, Drew Barrymore et Lucy Liu dans Charlie et ses drôles de dames, ainsi que Danny DeVito en receleur particulièrement antipathique et Gene Hackman (70 ans) en vétéran de la cambriole à main armée. On se souviendra que six ans plus tôt, Get Shorty, le polar de Barry Sonnenfeld, réunissait déjà à l’écran Delroy Lindo en trafiquant de drogue, Danny DeVito en star hollywoodienne et Gene Hackman en réalisateur de série Z.

Côté habitués, vous reconnaîtrez dans le rôle de Fran, Rebecca Pidgeon – Madame David Mamet, depuis 1991 –, déjà vue dans quatre de ses films depuis Homocide, et Ricky Jay dans le rôle de Pinky, déjà vu dans six de ses films depuis le premier, Engrenages. Mamet et Jay se connaissent bien, d’autant que le premier mit en scène le second au music-hall dans son très remarqué numéro de tour de cartes. En effet, parallèlement à sa carrière de comédien, Ricky Jay est célèbre pour ses tours de magie et son incroyable façon de lancer les cartes, comme d’autres lancent des couteaux. Pour son célèbre lancé de cartes à jouer sur pastèque, il a même eu les honneurs du fameux livre des records !

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

David Mamet

GET SHORTY (1995)

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS