BREWSTER MCCLOUD

À partir de 2.99 €
Fantastique / Horreur - 1971 - Etats-Unis - 100 MIN - VO - Tous publics

Brewster McCloud, étrange jeune homme habitant dans les sous-sols du gigantesque Astrodome de Huston, rêve de voler comme un oiseau. Après la mort de son très vieux et très méchant employeur et de quelques autres personnages tout aussi antipathiques, le super détective Frank Shaft mène l’enquête à laquelle le jeune homme ne semble pas étranger. Pourtant, grâce à Louise, un ange gardien qui a perdu ses ailes, tous les obstacles se dressant entre Brewster et son rêve semblent disparaître...

Réalisé par

7 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Laurent Bourdon
Laurent Bourdon
CHRONIQUEUR

Né en 1925, Robert Altman a 25 ans lorsque sort sur les écrans américains son premier long métrage, les Délinquants. Un peu manichéen, le film est pourtant remarqué par Alfred Hitchcock qui l’invite à réaliser deux épisodes de sa célébrissime série télévisée, Alfred Hitchcock Présente.
Après trois autres films, The James Dean Story, un documentaire consacré à l’idole disparue deux ans plus tôt, Countdown, où James Caan prend la place de Robert Duvall pour marcher sur la lune, et That Cold Day in the Park, un mélodrame avec jeune fille riche (mais seule) et jeune homme pauvre (mais beau), Robert Altman devient un réalisateur connu et reconnu grâce au Grand Prix international du 23e Festival de Cannes (on ne parlait pas encore de Palme d’or) qui, en récompensant MASH, son cinquième long métrage, lui ouvre les portes des studios hollywoodiens, à l’ombre desquels il se fera un malin plaisir de dynamiter les genres auxquels il s’attaque, ne respectant aucune règle et n’acceptant aucune contrainte qu’il ne se soit, lui-même, imposée.
C’est ainsi qu’après le quotidien d’une antenne chirurgicale militaire basée en Corée, Altman dresse le portait d’un étrange jeune homme habité par l’envie de voler, Brewster McCloud, alias Bud Cort, protégé par un bel ange gardien amputé de ses ailes (Sally Kellerman) et amoureux d’une curieuse jeune fille (Shelley Duvall dans son premier rôle à l’écran) dans l’appartement de laquelle vous apercevrez l’affiche de... MASH !
Autre clin d’œil, vous reconnaîtrez peut-être, dans le rôle de l’irascible cantatrice s’obstinant, dès le début du film, à chanter l’hymne national sous l’immense coupole de l'Astrodome de Huston, la comédienne Margaret Hamilton, la méchante fée du Magicien d’Oz, dont elle a gardé les fameux souliers rouges et pailletés et que le célèbre Over the Rainbow accompagnera une fois son heure venue !

FILMOTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Robert Altman

MASH (1970)

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité