Bande Annonce de BREWSTER MCCLOUDDécouvrez la bande Annonce de BREWSTER MCCLOUD sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/1305/fond/1305_w_500.jpg
Robert Altman
Bud CortMichael MurphySally KellermannShelley DuvallWilliam WindomJohn SchuckMargaret HamiltonRene AuberjonoisStacy KeachAngelin JohnsonBert RemsenG. Wood

BREWSTER MCCLOUD

101 mn

Note de SensCritique :

7.1 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Robert Altman.

Casting : Bud Cort, Michael Murphy, Sally Kellermann, Shelley Duvall, William Windom, John Schuck, Margaret Hamilton, Rene Auberjonois, Stacy Keach, Angelin Johnson, Bert Remsen. G. Wood

Synopsis : Brewster McCloud, étrange jeune homme habitant dans les sous-sols du gigantesque Astrodome de Huston, rêve de voler comme un oiseau. Après la mort de son très vieux et très méchant employeur et de quelques autres personnages tout aussi antipathiques, le super détective Frank Shaft mène l’enquête à laquelle le jeune homme ne semble pas étranger. Pourtant, grâce à Louise, un ange gardien qui a perdu ses ailes, tous les obstacles se dressant entre Brewster et son rêve semblent disparaître...

Scénario : Doran William Cannon.
Musique : Gene Page.
Pays : Etats-Unis d'Amérique
Tags : Fantastique / Horreur, Auteurs américains, Vraiment seuls contre tous, Films sur le cirque, Des oiseaux.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Né en 1925, Robert Altman a 25 ans lorsque sort sur les écrans américains son premier long métrage, les Délinquants. Un peu manichéen, le film est pourtant remarqué par Alfred Hitchcock qui l’invite à réaliser deux épisodes de sa célébrissime série télévisée, Alfred Hitchcock Présente.
Après trois autres films, The James Dean Story, un documentaire consacré à l’idole disparue deux ans plus tôt, Countdown, où James Caan prend la place de Robert Duvall pour marcher sur la lune, et That Cold Day in the Park, un mélodrame avec jeune fille riche (mais seule) et jeune homme pauvre (mais beau), Robert Altman devient un réalisateur connu et reconnu grâce au Grand Prix international du 23e Festival de Cannes (on ne parlait pas encore de Palme d’or) qui, en récompensant MASH, son cinquième long métrage, lui ouvre les portes des studios hollywoodiens, à l’ombre desquels il se fera un malin plaisir de dynamiter les genres auxquels il s’attaque, ne respectant aucune règle et n’acceptant aucune contrainte qu’il ne se soit, lui-même, imposée.
C’est ainsi qu’après le quotidien d’une antenne chirurgicale militaire basée en Corée, Altman dresse le portait d’un étrange jeune homme habité par l’envie de voler, Brewster McCloud, alias Bud Cort, protégé par un bel ange gardien amputé de ses ailes (Sally Kellerman) et amoureux d’une curieuse jeune fille (Shelley Duvall dans son premier rôle à l’écran) dans l’appartement de laquelle vous apercevrez l’affiche de... MASH !
Autre clin d’œil, vous reconnaîtrez peut-être, dans le rôle de l’irascible cantatrice s’obstinant, dès le début du film, à chanter l’hymne national sous l’immense coupole de l'Astrodome de Huston, la comédienne Margaret Hamilton, la méchante fée du Magicien d’Oz, dont elle a gardé les fameux souliers rouges et pailletés et que le célèbre Over the Rainbow accompagnera une fois son heure venue !

La carrière de Bud Cort, comédien au physique d’éternel adolescent, commence à la fin des années 1960 sur la scène de cabarets et de music-halls américains où ses one-man-shows humoristiques lui assurent une notoriété certaine.
Coté cinéma, il est apparu brièvement en étudiant mâchonnant du chewing-gum à la fin d’Escalier interdit de Robert Muligan et en hippy à la fin de Sweet Charity, le classique de Bob Fosse. C’est alors que Robert Altman le découvre dans un cabaret et lui offre le petit rôle du jeune infirmier trop sensible dans MASH et, la même année, le rôle titre de Brewster McCloud, dont l’échec commercial n’aidera pas la jeune carrière du jeune acteur. Heureusement, un certain Hal Ashby, ancien monteur récemment passé à la réalisation, lui offre le rôle de sa vie, celui d’un riche fils de famille obsédé par la mort, mettant en scène ses suicides, par jeu, ennui ou désespoir et reprenant goût à la vie grâce à une très très jeune femme de... 79 ans, incarnée par Ruth Gordon. Harold et Maude fut un succès planétaire, rare exemple de film devenant un roman puis une pièce de théâtre qui fit, en France et entre autres, les beaux soirs de la compagnie Renaud-Barrault.
Difficile de faire oublier un tel rôle ! à 22 ans, Bud Cort est victime de ce succès et va passer cinq ans sans tourner. Et quand il tourne à nouveau on le découvre dans une étrange comédie, jouant le rôle d’un certain Willi Hitler – fils unique de qui vous savez – retrouvé dans un hôpital psychiatrique par Peter Cushing, dans le rôle d’un leader d’extrême droite bien décidé à faire du fameux rejeton le nouvel homme fort d’un hypothétique IVe Reich ! Le film s’intitule Son of Hitler et il est bien rude d’y retrouver le héros lunaire de Robert Altman et l’adolescent suicidaire d’Hal Ashby.
Un an plus tard, en 1979, comme pour oublier cette image trop lisse et, peut-être, trop encombrante, un terrible accident de voiture contraint l’acteur à de nombreuses opérations de chirurgie esthétique et à de longues et douloureuses séances de rééducation.
C’est donc un tout autre Bud Cort que l’on découvre en 1984, année au cours de laquelle, après avoir incarné le célèbre viennois dans The Secret Diary of Sigmund Freud, aux côtés de Marisa Berenson et Klaus Kinski, il apparaît aux côtés de Nastassja Kinski et Robert Mitchum dans le premier film américain d’Andrei Konchalovsky, le remarquable Maria’s Lovers.
Et, si les fientes des volatiles assassins de Brewster McCloud purent passer pour un hommage que Robert Altman rendait aux Oiseaux d’Alfred Hitchcock – l’un de ses premiers employeurs –, on n’oubliera pas que Bud Cord participa en 1987 à un téléfilm intitulé Bates Motel, dans lequel le héros de Psychose, le diabolique Norman Bates enfin mort, laissait la place à Alex West, alias Bud Cort, l’un de ses amis, bien décidé à redorer le blason du sinistre établissement.

Ses ailes de géant ...*

Ou le rêve d’Icare. Ou Robert Altman tel qu’en lui-même pendant sa période la plus créative – entre Mash et le fabuleux John McCabe – entre surréalisme, provocation et poésie pure. Dès l’attaque sur le clavier, on a compris : l’hymne américain, mais ...

Lire la suite
7
pphf

Il y en a qui disent qu'ils l'ont vu voler...

Troisième film de Robert Altman, et succédant au carton qu'a été M.A.S.H., Brewster McCloud est étrange à plus d'un titre. Si je devais le résumer en quelques mots, je dirais que c'est l'histoire d'une utopie d'un jeune homme qui s'est mis en tête de voler. Ceci étant ...

Lire la suite
7
Boubakar

« Envole-moi »

Un film déjanté et très drôle, Pythonesque même. Je pense parmi mille exemples au plan de la tortue qui marche avec sur fond de sirène de police. Mais tout ça cache une mise en distanciation à mon avis très calculée (dont je vous avoue ne pas avoir encore découvert le ...

Lire la suite
8
Homlett
A voir également
Affiche du film SHINING

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film L ANNÉE DE TOUS LES DANGERS

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film M.A.S.H.
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film LE PRESTIGE

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés