CADEAU DU CIEL

Bientôt disponible
Comédie - 2005 - Israël - 108 MIN - Tous publics
Un groupe de bagagistes de l'aéroport de Tel-Aviv fomente un vol de bijoux. Pour cela, il leur faut s'organiser et trouver des «coupables» qui acceptent de faire de la prison à leur place. Des règlements de compte internes à leur communauté leur désignent les victimes pas forcément consentantes.

Réalisé par

5.9 / 10
1MNavant
2MNaprès
Isabelle Danel
Isabelle Danel
CHRONIQUEUR
Le cinéma israélien se porte bien. Depuis quelques années, émergent des cinéastes qui ont beaucoup à dire et le disent bien. C'est le cas de Dover Koshashvili, révélé en 2001 avec son premier film, Mariage tardif, qui voyait un jeune homme de la communauté juive ashkénaze de Tel-Aviv, cacher à ses parents sa liaison avec une mère divorcée, de trois ans son aînée, et sépharade de surcroît. Face à l'explosive et magnifique Ronit Elkabetz, le célibataire menteur était interprété par Lior Ashkenazi. Celui-ci est aussi l'un des personnages pivots de Cadeau du ciel – il interprète le mari interdit de séjour dans son quartier après avoir battu sa femme– et on l'a revu depuis dans Tu marcheras sur l'eau de Eytan Fox. Tourné en 2003 et sorti en France en 2005, Cadeau du ciel est à la fois un polar, une comédie et un portrait de société. Côté polar, il y a une affaire de vols de bijoux organisée par une bande de bagagistes de l'aéroport de Tel-Aviv. Côté comédie, les rapports de tous ces gens, liés par le sang, l'amitié et les femmes, sont joyeusement désordonnés. Côté portrait de société, l'ambiance sous chape de plomb donne un aperçu de tout ce qui semble près d'exploser. La réussite de ce film tient à une écriture serrée de personnages et de situations « hénaurmes » : car si celles-ci frisent parfois le grand-guignol, ceux-là, même au bord de la caricature, sont toujours regardés avec chaleur.
Contexte

Dover Koshashvili

LA NUIT NOUS APPARTIENT, DE JAMES GRAY (WE OWN THE NIGHT, 2007))

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité