Bande Annonce de Casa de mi PadreDécouvrez la bande Annonce de Casa de mi Padre sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/9896/fond/9896_w_500.jpg
Matt Piedmont
Diego LunaGénesis RodríguezPedro Armendáriz JrWill FerrellAdrian MartinezEfren RamirezGael García BernalManuel Urrego

Casa de mi Padre

84 mn

Note de SensCritique :

5.3 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Matt Piedmont.

Casting : Diego Luna, Génesis Rodríguez, Pedro Armendáriz Jr, Will Ferrell, Adrian Martinez, Efren Ramirez, Gael García Bernal. Manuel Urrego

Synopsis : Armando Alvarez vit depuis toujours dans le ranch de son père au Mexique. Lorsque le domaine connaît de grosses difficultés financière, son frère, Raul, devenu un businessman influent réapparaît pour régler les dettes familiales. La situation dégénère quand Raul déclenche malgré lui une guerre avec Onza, l'un des chefs de cartels de la drogue les plus craints du pays.

Scénario : Andrew Steele.
Musique : Andrew Feltenstein, John Nau.
Pays : Etats-Unis
Tags : PLUS DE RIRE.

Inclus danspassillimite
voir ce film

Au tout début de Casa de mi padre, on peut entendre en voix-off Kris Kristofferson annoncer avec le plus grand sérieux : "Si ça parle espagnol, mon gars, alors c'est que c'est un film espagnol".  Sauf que non : Casa de mi padre est une comédie américaine. Et ce n'est pas la moindre de ses absurdités.

Ne cherchez pas à régler le canal audio de votre écran, il n'y a pas d'erreur : c'est bien Will Ferrell que vous voyez jouer, en espagnol, le fils d'un propriétaire de ranch mexicain. C'est l'acteur qui a eu cette idée un peu folle. Elle a germé dans son esprit après de nombreuses nuits d'insomnies passées à regarder à la télévision des télénovelas venues de l'autre côté du Rio Grande. Le principe n'était pourtant pas d'être dans la parodie loufoque: Si Ferrell est un maître dans l'art de jouer des personnages fabuleusement crétins, du couturier complotiste de Zoolander au présentateur dégénéré de JT dans Anchorman, celui de Casa de mi padre est à prendre au premier degré. Y compris lorsque Ferrell entame une chanson de mariachi.

Assez proche dans l'esprit du cinéma d'un John Landis, Casa de mi padre, est une comédie plus sophistiquée qu'il n'y paraît, décortiquant en douce les ressorts des soap opera latinos des années 70 comme ceux du western spaghetti, quand il en détourne les codes de mise en scène ou offre à Pedro Armendariz Jr, un vétéran du cinéma mexicain, l'un de ses derniers rôles. Derrière les gags, une foule d'allusions et détails comme celui-ci font de Casa de mi padre, un film à part dans la filmographie de Ferrell, moins moqueur qu'un hommage attendri à la culture latino-américaine populaire.

Si Will Ferrell s'est aventuré à quelques reprises hors du terrain de la comédie, le rôle d'Armando Alvarez dans Casa de mi padre est un de ceux qui lui a demandé le plus de rigueur. L'un des défis du film étant de faire rire par les situations et non du décalage en voyant une star comique américaine jouer en espagnol. Il n'était donc pas question qu'il ait volontairement un accent de pacotille.

Un autre point clé fut le reste du casting, intégralement latino, en dehors de Ferrell. Initialement, c'est un espagnol, Javier Bardem qui avait été approché pour jouer Onza, le redoutable chef de cartel de la drogue. Ferrell et le réalisateur Matt Piedmont ont finalement opté pour un acteur mexicain, Gael Garcia Bernal. Celui-ci à suggéré que Diego Luna rejoigne la distribution. La production sera d'autant plus ravie de ce choix en découvrant qu'il avait démarré sa carrière dans des télénovelas comme El amor de mi vida ou La vida en el espejo. Au delà d'avoir une star mexicaine à l'affiche, son parcours légitimait l'intention du film : être satirique oui, mais tout aussi respectueux.

Ferrell et Piedmont seront d'ailleurs plus irrévérencieux avec la culture télé américaine, quand ils se lanceront, deux ans après Casa de mi padre, dans Spoils of babylon puis The spoils before dying, deux vraie-fausses séries, parodiant de manière bien plus corrosive les sagas au long cours façon Les oiseaux se cachent pour mourir. Avec Casa de mi padre, ils ne se cachaient pas pour rire.

"En toute objectivité, le bilan dressé devant vous aurait pu être totalement l’inverse de ce que vous venez de lire. Élevé et amoureux de cet humour si spécial, j’ai donc apprécié. En revanche, si j’avais toujours tenu Will Ferrell et ses délires en exécration, ...

Lire la suite
7
LeBlogDuCinéma

Je dois soit avoir un humour de merde soit des goûts de chiotte (voir les deux), mais ce film m'a donné 1h30 de bonheur simple; un film bête avec un humour absurde, Gael Garcia Bernal et Diego Luna en dieux de la drogue et Will Ferrel en abruti ranchos, des chansons idiotes ...

Lire la suite
10
vodkamallows

El cavallero blanco.

J'ai une passion pas si secrète que ça pour le Mexique. Enfin, non, pas vraiment pour le Mexique. Disons pour Danny Trejo, pour les fajitas, pour Salma Hayek, pour la tequila, pour Selena Gomez et pour les ponchos. Alors quand ce taré poilu de Will Ferrell daigne enfin laisser ...

Lire la suite
7
Gand-Alf
 
le contexte
FilmoTV vous recommande
Affiche du film SALES GOSSES

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film CRASH TEST AGLAÉ

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA PLANETE DES VAMPIRES

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film CHOUQUETTE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film TRAHISONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film I WISH - FAITES UN VOEU

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés