CASABLANCAS, L'HOMME QUI AIMAIT LES FEMMES

À partir de 9.99 €
Parce que John Casablancas a pu voir une version du film avant sa mort en 2013
Documentaire - 2016 - France - 83 MIN - VO - HD - Tous publics
Issu d'une famille d'industriels espagnols, qui a choisi l'exil quand Franco a pris le pouvoir, John Casablancas n'a jamais manqué de rien. Mais au sortir d'une enfance dorée, plutôt que de prendre la suite de ses parents, il décide, par amour des femmes, de monter une agence de mannequins. Après une première tentative infructueuse, il lance l'agence Elite. Plutôt que de multiplier les...
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Yves Alion
Yves Alion
CHRONIQUEUR

Casablancas, l’homme qui aimait les femmes sonne agréablement à l’oreille du cinéphile. Mais soyons clair, le film n’a aucun rapport avec Casablanca, le chef d’œuvre de Michael Curtiz, avec Humphrey Bogart et Ingrid Bergman, ni avec L’Homme qui aimait les femmes, le très vibrant plaidoyer de François Truffaut pour le sexe faible. Casablancas est un documentaire sur l’homme portant cet élégant patronyme, par ailleurs créateur de l’Agence Elite, où ont été réunies les mannequins les plus en vue des années 90, Cindy Crawford, Stephanie Seymour, Naomi Campbell, Linda Evangelista...

Le film est donc un documentaire, qui nous offre des tas d’images d’archives sur les riches heures de cet homme auquel s’intéressaient bien sûr les médias. Mais ces images sont précédées par des films de famille, sortis de ses archives personnelles, notre homme ayant eu la chance d’être immortalisé sous toutes les coutures et à tous les âges par son père. Manquent quand même quelques témoignages de moments clé : les auteurs du film ont pallié cet inconvénient en insérant des dessins, au demeurant plaisants. La continuité étant par ailleurs assurée par la voix off, qui est celle de Casablancas lui-même.

Ce qui fait que c’est véritablement un portrait de ce magnat de la mode qui nous est offert, moments intimes et témoignages de son triomphe professionnel confondus. Les moments de doute, les pannes professionnelles ne sont pas laissées dans l’ombre, mais le ton est quand même globalement à l’hagiographie, sentiment renforcé par le fait que c’est le principal intéressé qui s’adresse directement à nous.

Réalisé par

5.6 / 10

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Cindy Crawford

Il met en lumière les coulisses du monde des agences de mannequins

Hubert Woroniecki

Un autre documentaire sur un créateur qui aimait les femmes

FAIR GAME

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS