Bande Annonce de CE N'EST QU'UN DEBUTDécouvrez la bande Annonce de CE N'EST QU'UN DEBUT sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/2337/fond/2337_w_500.jpg
Pierre Barougier

CE N'EST QU'UN DEBUT

98 mn

Note de SensCritique :

7.3 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Pierre Barougier, Jean-Pierre Pozzi.

Casting :

Synopsis : Ils ont entre 3 et 4 ans et fréquentent l’école d’application Jacques Prévert de Le Mée-sur-Seine, dans une ZEP de Seine-et-Marne où leur maîtresse, Pascaline Dogliani, anime des ateliers de philosophie. Ensemble, plusieurs fois par mois, assis en cercle autour d’une bougie allumée et devant les caméras de Jean-Pierre Pozzi et Pierre Barougier, ils apprennent à s’exprimer, à s’écouter, à se connaître et se reconnaître tout en discutant librement de l’amour, de l’autorité, de la différence, de l’intelligence…

Pays : France
Tags : Documentaire, C'est vrai !, Education et enseignement, Le secteur tertiaire, En banlieue.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Tout commence en avril 2007 lorsque, au volant de sa voiture, Cilvy Aupin, productrice de films publicitaires depuis 22 ans, entend à la radio le philosophe et créateur de l'Université Populaire de Caen, Michel Onfray, affirmer : « Les enfants sont tous philosophes, seuls certains le demeurent. » Si, bien sûr, Cilvy Aupin était déjà persuadée que les enfants, même tout petits, sont capables de réfléchir – la preuve : ces innombrables questions, souvent très censées, qu’ils posent, dès leur plus jeune âge, à propos de tout et de rien – son interrogation portait sur les moyens nécessaires pour entretenir ces « réflexions » et, davantage encore, sur ce que pourrait être une philosophie pour enfants ?

 

De retour chez elle, elle mène l’enquête et apprend que d’autres se sont posés les mêmes questions et que des chercheurs travaillent, eux aussi, sur ces sujets. Dans la foulée, elle découvre les bandes dessinées du philosophe Oscar Brenifier, destinées à de très jeunes lecteurs et dans lesquelles l’héroïne, l’espiègle Ninon, n’hésite pas à aborder les thèmes délicats de la vérité ou du bonheur. Elle découvre aussi que le journal Pomme d’Api propose une rubrique intitulée « les petits philosophes » dont le but est de faciliter la mise en place d’ateliers philosophiques dans des écoles maternelles. Et c’est ainsi qu’elle fait la connaissance de Pascaline Dogliani, maîtresse de maternelle à l’école d’application Jacques Prévert de Le Mée-sur-Seine. Une école d’application est une école publique qui travaille très étroitement avec les IUFM – Instituts Universitaires de Formation des Maîtres –, devenant, de ce fait, un véritable laboratoire pédagogique. Le Mée-sur-Seine est une commune de Seine-et-Marne, proche de Melun, à une quarantaine de kilomètres au sud-est de Paris.

 

C’est après cette rencontre que Cilvy Aupin prend le risque d’investir les bénéfices de sa société de production pour financer ce documentaire qui, dès l’origine, fut conçu, dans la forme comme dans le fond, comme un film de cinéma et non comme un simple reportage pour la télévision.

 

C’est à son compagnon, Jean-Pierre Pozzi, et à Pierre Barougier, assistant opérateur réputé, ayant travaillé, entre autres, avec Roman Polanski, Woody Allen et Bertrand Blier, qu’elle fait appel pour diriger cet étonnant tournage, estimé à un an et qui, au final, s’étendra sur deux années scolaires complètes. Deux années durant lesquelles une joyeuse bande de philosophes en herbe de 4 à 5 ans se mirent à réfléchir sur des thèmes aussi infinis que la liberté, la différence, la richesse... Ils cogitèrent, aussi, évidemment, sur l’amour, dont vous conviendrez avec eux qu’il s’agit bien de ce fameux truc qui fait des petits guillis dans le ventre, et sur la mort, à propos de laquelle vous apprendrez que si notre âme est parfaitement invisible... elle n’en n’est pas moins bleue !

 

D’abord présenté dans divers festivals, Ce n’est qu’un début fut distribué en salle à partir du 17 novembre 2010 et resta plus d’un mois à l’affiche d’une cinquantaine de cinémas, attirant, durant cette période, plus de 57.000 spectateurs curieux de découvrir cette expérience originale. Originale, car, comme chacun sait, la philosophie, en France, n’est enseignée qu’en Terminale et même dans certains pays plus précoces comme l’Allemagne, l’Australie, la Norvège ou l’Ecosse, ce n’est qu’à partir de 7 ans que les élèves en découvrent les premiers rudiments.

 

Original fut également le tournage qui, non seulement, réunissait une maîtresse et ses élèves devant une bougie allumée, des caméras et des micros, à raison de deux à trois ateliers par mois, mais faisait, également, intervenir les parents de ces charmants bouts d’chou, conscients qu’une part de leur intimité familiale allait être forcément dévoilée durant ces philosophiques échanges. Pour cette raison, et une fois obtenu l’indispensable accord de l’Education Nationale, il fallut convaincre les parents. C’est ainsi que des rencontres, adoptant la formule, bien connue maintenant, des « cafés-philo », furent organisées par la maîtresse et la directrice de l’établissement, afin que parents et enfants puissent, déjà, commencer à dialoguer ensemble.

 

L’équipe du film, qui avait rencontré les élèves avant le premier jour de tournage pour que ceux-ci les connaissent et se familiarisent avec le matériel technique, a tout de suite été très bien accueillie. Les enfants n’ont pas du tout été déconcertés par les caméras. En revanche, ce sont les deux réalisateurs qui se posèrent des questions là où il n’y en avait pas. Ainsi, pour éviter d’impressionner ou de déconcentrer les petits philosophes avec un gros micro suspendu au bout d’une perche se baladant continuellement au dessus d’eux, Jean-Pierre Pozzi et Pierre Barougier travaillèrent avec les ingénieurs du son, afin de mettre au point un système très compliqué de micros dissimulés sous les tables et les chaises ou accrochés au plafond. Ce fut, en fait, un vrai désastre ! D’une part, c’était très long à installer et, d’autre part, sans le faire exprès, les enfants donnaient régulièrement des coups de pieds dedans. De plus, comme le diront plus tard les deux cinéastes : « le son était pourri ! »

 

Une fois le tournage achevé, il restait à monter les 180 heures de rushes, et c’est là que le film s’est réellement construit. « On a avancé pas à pas, racontèrent les deux cinéastes. On voulait que le spectateur constate une évolution et qu’il découvre que Pascaline Dogliani, la maîtresse, avait eu des moments vraiment difficiles. » Effectivement, pour la jeune femme, les débuts du tournage furent relativement laborieux, à cause de ces deux caméras braquées sur elle et ses élèves qui pouvaient, parfois, rester complètement muets. Aujourd’hui, elle a coécrit un livre intitulé Un projet pour apprendre à penser et à réfléchir à l'école, paru en juin 2010, et donne régulièrement des conférences pour transmettre son expérience et donner envie à ses collègues de philosopher durant leurs heures de travail. 

 

Vouloir faire de la philo avec des enfants de 3 et 4 ans. En voilà une idée saugrenue, voire stupide quand on entend comment sont considérées les maîtresses en France par les instances politiques: « Est-ce qu'il est vraiment logique, alors que nous sommes si soucieux de ...

Lire la suite
8
ThomasParis

Le projet pédagogique mis en place est ambitieux mais il fonctionne. Le film fait le choix de se centrer sur les enfants et leur réflexion plus que sur l'enseignante et la mise en place de ces activités. Ce documentaire cherche à capter l'enfance plutôt que de présenter le ...

Lire la suite
9
Tinou

Philo des bacs à sable

Une classe de moyenne (puis grande) section près de Melun. L'endroit n'a pas franchement l'air propice à l'épanouissement entre périph' et HLM. Pourtant la maîtresse de cette école publique a décidé de mettre en place un atelier de philosophie pour enfants de 5 ans. Avec ...

Lire la suite
9
Wendy
A voir également
Affiche du film LE DISTRAIT

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film VOUS AVEZ UN MESSAGE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film BLONDE AMBITION

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film CARAMBOLAGES

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
En image
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés