Bande Annonce de CHOBIZENESSEDécouvrez la bande Annonce de CHOBIZENESSE sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/2436/fond/2436_w_500.jpg
Jean Yanne
Catherine RouvelJean YanneRobert HirschDenise GenceGinette LeclercHubert DeschampsLiliane MontevecchiPaule Le PersonClaude EvrardGeorges BellerGuy Grosso

CHOBIZENESSE

101 mn

Note de SensCritique :

5.7 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Jean Yanne.

Casting : Catherine Rouvel, Jean Yanne, Robert Hirsch, Denise Gence, Ginette Leclerc, Hubert Deschamps, Liliane Montevecchi, Paule Le Person, Claude Evrard, Georges Beller. Guy Grosso

Synopsis : Clément Mastard, le directeur d’un music-hall demande à des industriels de financer son prochain spectacle. Mais ces derniers peinent à lui accorder la liberté dont celui-ci aimerait disposer. Il fait plusieurs propositions qui ne conviennent pas. Mastard fait alors la connaissance d’un compositeur génial dont il aimerait utiliser la musique. Mais ce dernier refuse que son œuvre soit utilisée à n’importe quelle fin. Il obtient de Mastard de donner un concert dont il serait le chef d’orchestre. Mais les producteurs s’y opposent, ils appellent la police qui donne l’assaut. Mastard et le musicien sont tous les deux abattus au moment où ils triomphent.

Scénario : Gérard Sire, Jean Yanne.
Musique : Jean Yanne, Raymond Alessandrini.
Pays : France
Tags : Comédie, Gens du spectacle, Ca danse!, Hommage parodie & second degré.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Chobizenesse a été réalisé en 1975 par un certain Jean Roger Gouyé, plus connu sous son nom de scène, Jean Yanne. Quoi qu’il n’ait pas eu à se plaindre de sa carrière d’acteur, aussi riche que variée, notre homme s’est également glissé derrière la caméra à plusieurs reprises, sept pour être précis. L’occasion de s’offrir quelques jolis rôles d’affreux jojos, râleurs, machos, mais au fond bien sympathiques. Nous y reviendrons. Chobizenesse est le quatrième film de Yanne cinéaste. Après Tout le monde il est beau tout le monde il est gentil, son premier opus et sans doute son film le plus emblématique, Moi y’en a vouloir des sous et Les Chinois à Paris. Et avant Je te tiens, tu me tiens par la barbichette, Deux heure moins le quart avant Jésus Christ, sans doute son plus grand succès public, et Liberté égalité choucroute, qui clôt en 1985 son activité de metteur en scène.

Dire que Chobizenesse porte le sceau de Jean Yanne et qu’il n’aurait pas pu être signé par un autre tient de l’évidence, tant l’humour vachard du maître des lieux crépite en permanence, dénonçant sur un ton goguenard – ô combien goguenard - les faux semblants et les vraies embrouilles d’un monde qui ne tourne pas très rond. Plus chansonnier que véritablement pamphlétaire, Jean Yanne sait mettre les rieurs de son côté, quitte à ce que le rire s’étrangle parfois un tantinet dans la gorge. Mais si Chobizenesse est un portrait au vitriol d’une société du spectacle qui n’a pas peur du ridicule, c’est aussi une fresque qui donne à voir. Les films qui racontent comment une chouette bande de chouettes copains réussit à monter contre vents et marées un spectacle de qualité sont nombreux, notamment du côté d’Hollywood. Parce que l’occasion est belle d’offrir au passage quelques jolis tableaux finement chorégraphiés.

Chobizenesse s’inscrit dans cette glorieuse filiation, et même si certains tableaux sont décrits comme catastrophiques, nous ne sommes pas obligés de partager cette opinion tant l’invention visuelle est au rendez-vous, même marquée par l’ironie et le mauvais goût assumé du cinéaste. Et Yanne de se livrer à un exercice de style qui nous réjouit, visitant tour à tour l’univers de l’érotisme, du burlesque ou de l’horreur. Nous ne sommes pas loin par moments des outrances baroques d’un Ken Russell revues par le pop art et la bande dessinée…

Bien sûr il est tentant de voir dans ce joyeux jeu de massacre comme un autoportrait de Jean Yanne, qui, au milieu de tant de fâcheux se donne quand même le beau rôle. Une façon de défendre les artistes contre tous les marchands de soupe, ou de canons. Même si l’épilogue, tragique et dérisoire, enfonce un coin dans la fable et suggère que force reste à la force. Jean Yanne se donne d’autant plus facilement le beau rôle que les autres personnages ont bien des choses à se reprocher. Et si les flics manquent de sang froid, faisant feu sur tout ce qui bouge, les artistes sont souvent de vrais mégalos qui cachent parfois leur incurie derrière une prétention à couper le souffle. Même le musicien maudit interprété par Robert Hirsch a ses failles.

Un dérapage et notre homme se retrouve à singer un discours d’Hitler. Il est des gags plus fins. Mais  Jean Yanne sait qu’il touche tous les publics, qu’il séduit ceux qui carburent au premier degré autant que les aficionados du second, ou même du troisième. Un peu comme le fera Coluche quelques années plus tard. Issu d’un milieu populaire, mais fin lettré, Jean Yanne s’est plu, tout au long de sa carrière, à montrer qu’il n’était pas dupe. Incarnant les beaufs avec une délectation jamais démentie, ennemi acharné de toute autorité, provocateur né, notre homme savait mettre dans sa poche tous ceux qui ne laissaient pas prendre par les apparences, réunissant de façon consensuelle et politiquement incorrecte les lecteurs de Hara Kiri et les nostalgiques du poujadisme. Il faut quand même lui reconnaître, que ce soit à travers les films qu’il met en scène ou ceux pour lesquels il se contente d’incarner un personnage qui semble lui ressembler, une vraie constante. Et c’est dans une même moulinette qu’il place le monde de la radio, celui de la télévision, l’industrie du spectacle (show business comme on dit maintenant en français), les arcanes du pouvoir politique, nos amis les Chinois, les syndicats, la pub, etc., etc. Il est vrai que notre homme savait de quoi il parlait, lui qui avait suivi une formation de journaliste, qui avait sévi pendant des lustres à la radio avant de s’en faire déloger. Qui avait pressenti les dérives de la téléréalité en mettant en place un jeu parfaitement répugnant, parfaitement réjouissant, dans lequel les candidats devaient attraper des billets de banque éparpillés par une immense soufflerie, les compter à la hâte avec l’idée de pouvoir les conserver si le compte était bon. Une folie qui n’aurait pas déparé dans l’un de ses films. Mais il lui sera beaucoup pardonné. Un homme capable de glisser de fausses pubs, aussi répugnantes que réjouissantes elles aussi, dans l’un de ses films, à savoir Je te tiens, tu me tiens par la barbichette ne peut pas être mauvais. La diffusion du film sur une chaîne privée reste d’ailleurs un moment purement surréaliste quand de vraies pubs viennent au milieu du film, côtoyer celles concoctées par notre affreux jojo préféré.

Mais nous ne pouvons pas nous quitter sans évoquer la mémoire de Gérard Sire, alter-ego de Yanne et coauteur du scénario. Sire qui avait débuté dans la vie en étant inspecteur des impôts avant d’écrire dans des revues de cinéma et de prêter sa voix au timbre inimitable à toute une foultitude d’émissions de radio. C’est lui qui a remis le pied de Claude Lelouch à l’étrier du cinéma pendant la traversée du désert qui a précédé Un homme et une femme, en lui permettant de réaliser des scopitones, ces ancêtres du clip musical que l’on pouvait voir dans les cafés, sur une sorte de juke-box équipé d’un écran. Complice privilégié de Yanne, Sire savait manier la plume, qui entre ses doigts savait rester légère. Sire était un roi.

Humour caustique, musique et chansons sublimes. Jean Yanne ne respecte rien, se foutant de tout et critiquant ici férocement les travers du "chobiz" sous tous ses aspects. Ce moment qui peut paraître festif ne l'est absolument pas. Cette tragédie, sanglante, porno, violente ...

Lire la suite
8
E_nigma
A voir également
Affiche du film BORSALINO & CO.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LE RADEAU DE LA MÉDUSE
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film TOUT LE MONDE IL EST BEAU, TOUT LE MONDE IL EST GENTIL

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LES UNS ET LES AUTRES

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
En image
FilmoTV vous recommande
Affiche du film BASTILLE DAY

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film APPRENTICE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film IRREPROCHABLE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film SUICIDE SQUAD

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film GENIUS

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés