CHORON DERNIÈRE

2009
99 mn
Ce film n’est plus disponible

2009
99 mn
Parce que le film a contribué à populariser le fameux "professeur" auprès d'un nouveau public.
A sa mort le 10 janvier 2005, Georges Bernier laisse une image complexe : certains célèbrent son génie provocateur, d'autres dénoncent son humour scatologique et ordurier... Et si le Professeur Choron était à la fois tout cela et plus que tout cela ? Le documentaire de Pierre Carles et Eric Martin lève le voile...
Ce film n’est plus disponible
Documentaire
France
Tous publics

Avec

    1 min avant
    2 min après
    Les avis sens critique
    Les + de filmo

    On l’appelait Professeur Choron mais son vrai nom était Georges Bernier. Le documentaire que vous allez découvrir retrace la vie et surtout l’œuvre de ce provocateur apparemment sans limite, réputé ou détesté pour son humour souvent présenté un peu vite comme essentiellement scatologique… Bon, il est vrai que le bonhomme n’a jamais eu froid aux yeux ni reculé devant une bonne blague façon « pipi-caca », surtout quand en plus, elle pouvait comporter une connotation sexuelle !

    Mais réduire Choron à cela serait réducteur et injuste : le film de Pierre Carles et Eric Martin retrace le parcours d’un patron de presse libre et anar dont le credo a toujours été de lutter contre la morale et l’interdit.

    Archives, interviews, témoignages, « Choron dernière » est aussi le portrait d’un humour qu’on a voulu faire taire en janvier 2015 dans le massacre de l’équipe de « Charlie Hebdo », l’un des titres crées, portés par Georges Bernier, comme « Hara Kiri » également…

     
    Dans le même genre vous pouvez trouver C'EST DUR D'ETRE AIME PAR DES CONS (Le Professeur Choron d'un côté, ses ex-compagnons de Charlie-Hebdo de l'autre : les deux films montrent la face souvent méconnue de ces artistes ou humoristes qui passent pour de grossiers personnages...) ou encore COLUCHE, C'EST L'HISTOIRE D'UN MEC (Provocation, humour, grossièreté, vulgarité, talent, égo : ces qualificatifs correspondent autant à Michel Colucci qu'à Georges Bernier...).

    Autour du film