Chouans !

Bientôt disponible
Parce que Noiret disait de son personnage qu'il était trés proche de lui
Drame - France - 142 MIN - Tous publics
L'histoire d'une famille noble et éclairée, celle du Comte Savinien de Kerfadec, durant les grandes révoltes chouannes dans les campagnes vendéennes et bretonnes, à travers les destins dissemblabes de ses trois enfants, déchirés entre le souffle révolutionnaire et la fidélité à la Royauté.

Réalisé par

5.3 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Laurent Delmas
Laurent Delmas
CHRONIQUEUR

Chouans ! , au pluriel et avec un point d’exclamation, s’il vous plaît, fait partie des nombreux films qui prennent la Révolution française comme sujet principal ou comme décor essentiel. Réalisé en 1988 par Philippe de Broca sur un scénario coécrit avec le romancier nouvelliste Daniel Boulanger et le scénariste Jérôme Tonnerre, c’est l’histoire, fictive, d’une famille noble et éclairée, celle du comte Savinien de Kerfadec qu’incarne Philippe Noiret, lors des grandes révoltes chouannes dans les campagnes vendéenne et bretonne en 1793.

Philippe de Broca de Ferrussac de son véritable nom n’a jamais évidemment caché ses origines aristocratiques. Né dans une famille de petite noblesse bohême, il aimait à rappeler que cette dernière remontait aux guerres de religion qui ravagèrent le Sud-Ouest de la France. Sorti au beau milieu des préparatifs de la célébration du Bicentenaire de la Révolution française, Chouans ! affiche sans  fausse pudeur ses convictions antirépublicaines en prenant clairement position pour la rébellion royaliste.

Philippe Noiret incarne donc le père de cette famille dissidente. Son personnage à bien des égards rejoint celui qu’en 1973 Jean-Pierre Marielle jouait pour la caméra de Bertrand Tavernier dans « Que la fête commence », face à un Noiret dans la peau du Régent cette fois. Entre le marquis de Pontcallec et le Comte de Kerfadec, bien plus qu’une ressemblance, c’est une complicité évidente et truculente dans son statut d’aristocrate paysan, sorte de seigneur idéal dont rêvait de Broca.

Contexte

Philippe Noiret

La Révolution française vue par un cinéaste polonais qui met en scène l'antagonisme final entre Danton et Robespierre. Un regard sans concession.

Philippe de Broca

Un moment décisif de la Révolution vu par un cinéaste italien qui pose un regard distancié mais affectueux

QUE LA FÊTE COMMENCE

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité