CHRONIQUE DES PAUVRES AMANTS

À partir de 2.99 €
Parce qu'une première adaptation du film, prévue pour Visconti, fut interdite par la censure
Politique / Histoire - 1957 - Italie - 104 MIN - VO - HD - Tous publics
Mario un ouvrier typographe vient s'installer dans une petite rue de Florence pour se rapprocher de son amoureuse. Il y fait la connaissance du voisinage, marchands des quatre saisons, prostituées, et commerçants. Beaucoup sont communistes mais l'ombre du fascisme au pouvoir commence à se répandre avec son cortège de délations, d'espionnage et de chemises noires terrorisant le quartier. D'abord préoccupé par ses contradictions amoureuses il prendra vite conscience que le totalitarisme le plus abject s'est abattu sur la ville comme sur toute l'Italie.

Réalisé par

6.8 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Denis Parent
Denis Parent
CHRONIQUEUR

Via del Corno, une petite rue à Florence. La chronique du quartier, des familles qui y vivent, des femmes qui se crêpent le chignon, des jeunes des vieux, des gens qui s’aiment c’est une chronique de la vie quotidienne tournée par Carlo Lizzani en 1954.

Mais c’est aussi le récit  de la mort programmée qui s’avance en chemises noires. Nous sommes en 1925 et la gauche va perdre la bataille face aux fascistes. Anna Maria Ferrero et Antonella Lualdi sont les belles toscanes de ce film dramatique et le jeune Marcello Mastroianni 30 ans et encore second rôle y impose déjà son légendaire détachement.

Au sortir du néo-réalisme ce film en costume, tout en évoquant le passé, s’attache à une vision souriante de la vie sociale, et des petites gens, ceux qui vont subir l’histoire, se soumettre ou se démettre.

FILMOTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Antonella Lualdi

Quelques souvenirs d'enfance du grand Federico sublimé par l'innocence, le burlesque ou la caricature. La question politique y est évidemment évoquée avec notamment l'incidence des chemises noires sur la vie de tous les jours. Il maestro les caricature joyeusement et montre que le ridicule peut tuer... les autres. Un chef d'oeuvre proche du caricaturiste de presse que fut Fellini, avec le sens opératique, la puissance emphatique qui ont fait son cinéma.

Carlo Lizzani

Le film référence sur la période du fascisme alliant un évènement majeur (la visite d'Hitler à Rome) et une passion secrète, en marge des foules mobilisées. Un film quasiment en huis clos où retentit le son des média et des hauts parleurs. L'histoire de deux êtres libres car hors du troupeau, une femme au foyer, un homosexuel. Ils vont s'aimer sans pouvoir s'aimer car leur histoire personnelle et l'histoire tout court ne le permettent pas. Une admirable fable servie par Sophia Loren et Marcello Mastroianni, encore jeunes, toujours beaux, extraordinairement émouvants.

LE ROUGE ET LE NOIR DE CLAUDE AUTANT-LARA (1954)

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité