CLASSE TOUS RISQUES

Bientôt disponible
Le premier film réalisé par Claude Sautet et que Jean-Pierre Melville en personne salua comme un chef d'oeuvre digne des meilleurs polars américains.
Policier / Suspense - 2001 - France|Italie - Tous publics
Ancien truand d'envergure, condamné à mort, traqué par toutes les polices européennes, Abel Davos doit rentrer clandestinement en France avec sa femme et leurs deux enfants aidés de son complice Naldi. Mais ce dernier et la femme de Davos sont tués par les douaniers français. C'est le début d'une longue cavale pour le truand et d'une descente aux enfer pavée de trahisons et de renoncements.




Réalisé par

7 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Laurent Delmas
Laurent Delmas
CHRONIQUEUR

« En 1958, j’ai 34 ans. Depuis sept ans, je travaille comme homme à tout faire dans le cinéma, assistant, documentariste, scénariste,… et j’ai envie de faire un film mais impossible de trouver un producteur pour un sujet personnel. » C’est ainsi que trente ans après Claude Sautet racontait la genèse de son véritable premier film comme réalisateur, « Classe tous risques ». Et c’est Lino Ventura qui à l’époque lui propose un film d’après un roman de José Giovanni. Sautet apprécie d’emblée ce qu’il nomme « un vrai sujet », soit, selon ses propres termes, « la déchéance sociale d’un gangster, le dernier périple d’un homme perdu. ». Le futur cinéaste y voit l’occasion parfaite de réaliser un exercice policier dans la riche tradition des films américains de série B des années 40-50. Il coécrit le scénario avec José Giovanni lui-même. Ce sera le début d’une longue amitié tout en constituant pour le romancier la découverte d’un professionnel exigeant comme il le racontera plus tard : « Claude était un perfectionniste, quelqu’un qui sur le métier remettait le travail cent fois. Je me souviens que nous avons mis trois longue semaines à écrire un commentaire off ! » Fin de citation. Quant à la collaboration avec Lino Ventura, elle s’avèra parfaite, même si Sautet hors du tournage surveillait particulièrement le régime alimentaire de l’acteur réputé pour son solide coup de fourchette. Le cinéaste redoutait des excès de table qui iraient à l’encontre de la déchéance du personnage incarné par Ventura.  Et le cinéaste eut gain de cause !

Le contexte

Lino Ventura

Claude Sautet

CADAVRES EXQUIS