Coco Chanel & Igor Stravinsky

À partir de 2.99 €
Parce que le film faillit être réalisé par William Friedkin
Drame - 2009 - France - 119 MIN - VF - HD - Tous publics
Coco Chanel a d’abord fait connaissance avec Igor Stravinsky par le biais de son œuvre, lors de la première du Sacre du Printemps au Théâtre des Champs-Elysées en 1913. Pour le public, c’est un scandale ; pour elle, une révélation. Puis, sept ans plus tard, la styliste rencontre effectivement le compositeur russe exilé en France. S’ensuit une aventure brève mais intense entre deux créateurs qui partageaient, au-delà des instants volés, la même fièvre de révolution.

Réalisé par

5.8 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Cédric Jouarie
Cédric Jouarie
CHRONIQUEUR
Pour beaucoup, Jan Kounen c’est le réalisateur hystérique de Gisele Kerosene, foutraque de Vibroboy, énervé de Dobermann, perché de Blueberry : l'experience secrete, sans parler de « pubeux » avec 99 Francs. Ceux qui ne se sont jamais accommodés de son côté touche à tout seront donc sans doute rassurés par la dimension plus académique de Coco Chanel et Igor Stravinsky, mais qu’on ne s’y trompe pas : Jan Kounen n’est pas rentré dans le rang pour autant, il fait juste une fois de plus la preuve de son talent en adaptant son extraordinaire créativité à l’histoire qu’il raconte.

Faire tourner, trembler et virer sa caméra dans tous les sens à grands renforts d’effets en post-production aurait en effet relevé de la faute de goût – ce dont sa filmographie est absolument exempte, y compris dans ses films les plus énergiques. Après, bien sûr, on aime ou on n’aime pas, mais Jan Kounen a toujours été d’une honnêteté totale avec son sujet, et Coco & Igor ne fait pas exception à la règle.Par ailleurs, comment ne pas s’incliner devant la manière dont le cinéaste s’est approprié l’univers du roman et le scénario de Chris Greenhalgh ? Notamment quand il décrit les souffrances et la solitude de l’artiste face à son œuvre, aussi bien au moment de son long accouchement que de ses premiers pas face au public qui, le plus souvent, n’aime pas être bousculé. Dans ces scènes-là, il devient alors tout à fait clair que Chanel, Stravinsky, Kounen : même combat !

FILMOTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Jan Kounen

J'AI TOUJOURS RÊVÉ D'ÊTRE UN GANGSTER

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité