COMMANDO

Bientôt disponible
Parce qu'il y a plus de cascadeurs que de comédiens au générique
Aventure / Action - 1986 - Etats-Unis d'Amérique - 87 MIN - interdit aux moins de 12 ans
Un ancien commando des forces spéciales, spécialistes des coups tordus, vit une retraite paisible avec sa fille. Ses anciens adjoints se font assassiner les uns après les autres par une mystérieuse organisation. Et puis, malgré une résistance héroïque, sa fille est enlevée. Il est alors victime d'un chantage: s'il abat un dictateur il récupèrera son héritière saine et sauve. C'est alors que le tueur implacable se met en branle et refusant toute négociation remonte la filière, sans étât d'âme, mais avec l'artillerie lourde.

Réalisé par

5.9 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Denis Parent
Denis Parent
CHRONIQUEUR

Amis de la testostérone et du film de matou voici un archétype,  Commando de Mark Lester en 1986, avec dans le rôle principal le colonel Arnold Schwarzenegger des forces armées du cinéma américain.

En fait, ça ne s’invente pas, Schwarzie dans le film s’appelle Matrix, en plus il est prémonitoire. Le film d’ailleurs a  failli s’intituler Matrix. Donc dans une sorte de république bananière le brave soldat retiré des voitures subit un affreux chantage: on lui rend sa fille vivante s’il assassine le dictateur local. C’est le début de l’hécatombe.

Dans le rôle de la fée sulfateuse qui accompagne Odin la jolie Rae Dawn Chong qui fut la première homo sapiens sapiens sexy dans  La guerre du feu de Jean-Jacques Annaud. On met son casque lourd, voici Commando.

Le contexte

Arnold Schwarzenegger

C'est côté Stallone, la réinvention de l'homme commando à lui tout seul. Le guerrier solitaire dur à la souffrance, rompu aux techniques de survie. Bien sur il est plus mercenaire qu'au service de l'oncle Sam, mais il troque sa liberté. Dans le match qui oppose Sly à Schwarzy, c'est le film qui permet de reprendre l'avantage.

Mark L Lester

Le premier film moderne qui met les psychopathes au service du camp du bien. Jusque là le commando était d'une probité remarquable. Cette fois en recrutant la lie de la terre, l'état-major vide ses prisons pour envoyer les méchants en mission suicide. Un vrai fantasme de violence en toute bonne conscience. Et un grand film de guerre complètement givré, avec toutes les latitudes de la série B.

PREDATOR DE JOHN MC TIERNAN (1987)

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS