COMME UNE IMAGE

À partir de 2.99 €
Parce que Marylou Berry - fille de Josiane Balasko - y effectuait ses premiers pas de cinéma
Drame - 2004 - France|Italie - 107 MIN - VF - HD - Tous publics

Lolita, vingt ans et une silhouette rondelette, rêve d’être regardée par son père, Etienne Cassard, célèbre écrivain aux réparties venimeuses. A défaut, elle lui demande d’écouter une cassette de ses répétitions de chant lyrique, que celui-ci traite par le mépris. Elle voudrait aussi être aimée pour elle-même et non pour cet illustre géniteur, que tout le monde, de son petit ami à sa prof de chant, rêve d’approcher. 

Réalisé par

6.2 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Isabelle Danel
Isabelle Danel
CHRONIQUEUR

Deuxième long métrage réalisé par Agnès Jaoui, en 2004, après Le Goût des autres, en 2000, Comme une image est basé, comme le précédent, sur un scénario coécrit avec Jean-Pierre Bacri. Ce film raconte plusieurs destins croisés, dans le milieu des intellectuels et artistes parisiens.

Lolita (Marilou Berri) est la fille complexée d’Etienne Cassard (Jean-Pierre Bacri), écrivain et éditeur de renom, homme acerbe et égoïste qui vit entouré d’une cour d’admirateurs. Elle est aussi l’élève de Sylvia Millet (Agnès Jaoui), professeur de chant lyrique mariée à un écrivain en perte de vitesse, Pierre (Laurent Grevill). Ces derniers font, grâce à la jeune fille, la connaissance d’Etienne et le dernier livre de Pierre connaît un véritable succès. La célébrité, ou son absence, transforment peu à peu les relations de chacun… Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri se sont rencontrés au théâtre en jouant ensemble, en 1987, L’Anniversaire de Harold Pinter, mis en scène par Jean-Michel Ribes. Ils ont ensuite coécrit, en 1991, Cuisines et dépendances, qu’ils ont joué avec succès sur scène aux côtés de Zabou Breitman, Sam Karmann et Jean-Pierre Darroussin, sous la direction de Stephan Meldegg. Un Molière des meilleurs auteurs plus tard, la pièce était adaptée au cinéma avec les mêmes comédiens et mise en scène par Philippe Muyl, en 1993. Dans l’intervalle, les «Jabac», ainsi baptisés par Alain Resnais, ont adapté pour ce dernier les textes d’Alan Ayckbourn dans Smoking et No Smoking, deux films sur le destin et le hasard, à voir dans le désordre, et où Sabine Azéma et Pierre Arditi incarnent tous les personnages. Les «Jabac» y gagnent un César du scénario, en 1994. Cette même année, ils jouent à nouveau ensemble une pièce de leur cru, Un air de famille, toujours sous la direction de Stephan Meldegg, avec Jean-Pierre Darroussin, Catherine Frot, Claire Maurier et Wladimir Yordanoff. Le texte est porté à l’écran par Cédric Klapisch en 1996 et couronné d’un deuxième César du meilleur scénario. En 1997, Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri interprètent, devant la caméra de Alain Resnais, et en compagnie de Sabine Azéma, Pierre Arditi, André Dussollier et Lambert Wilson, On connaît la chanson, fantaisie où chacun à son tour pousse la chansonnettes, comédie dramatique et musicale sur le mensonge et les apparences, dont ils sont les auteurs… récompensés une fois encore aux Césars 1998, tandis qu’Agnès Jaoui y gagne une statuette dans la catégorie seconds rôles.

Quatrième César du meilleur scénario pour Le Goût des autres, en 2000, par ailleurs premier film réalisé par Agnès Jaoui, également couronné comme meilleur film et qui remporte, au passage, les Césars des meilleurs seconds rôles pour Anne Alvaro et Gérard Lanvin. Comme une image, quant à lui, fut sélectionné au Festival de cannes 2004 et y remporta… le prix du meilleur scénario !

FILMOTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Agnès Jaoui

ON CONNAÎT LA CHANSON DE ALAIN RESNAIS, 1997

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité