COUAC, LE VILAIN PETIT CANARD

Bientôt disponible
Parce que Couac n'est pas le canard du conte d'Andersen... mais il n'est pas plus beau !
Jeunesse - 2012 - France - 50 MIN - Tous publics
Dans un monde où les cochons sèment la terreur, une prophétie annonce que le septième né d’une famille sera le libérateur du peuple oppressé. C’est alors que madame Canard pond 7 œufs, et que son septième enfant, un vilain petit canard au destin extraordinaire, voit le jour. Il s’appelle Couac !
5.8 / 10
1MNavant
2MNaprès
Cédric Jouarie
Cédric Jouarie
CHRONIQUEUR
Pour commencer, sachez que ce COUAC, LE VILAIN PETIT CANARD n’a rien à voir avec le conte d’Andersen, si ce n’est qu’il met effectivement en scène un petit canard, et que ce dernier est particulièrement moche. Mais la comparaison s’arrête là, ce film d’animation s’appliquant davantage à raconter une drôle d’histoire de prophétie visant à libérer un peuple opprimé par des cochons malveillants.
Cela dit, cette liberté totale assumée dès le début vis-à-vis du conte original est plutôt une bonne chose. En effet, si on n’échappe pas à une certaine dose de morale et de bons sentiments, qui ne sont par ailleurs jamais crispants, le ton relève davantage de l’aventure, l’ensemble étant survolés d’un humour omniprésent au service de personnages hauts en couleurs, tant du côté des gentils que des méchants.
L’univers dans lequel se déroule le film étant celui « des contes et des comptines », c’est aussi l’occasion de croiser quelques figures phare des histoires de notre enfance, comme Humpty Dumpty toujours perché sur son mur. Au final, COUAC a tout pour faire voyager les enfants dans une ambiance drôle et bon enfant, mais surtout, leurs parents pourront les accompagner dans ce périple en les tenant par la main sans avoir envie de regarder leur montre !
Contexte

Emmanuel Klotz

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité

Pas si éloigné