CROQUE LA VIE

Bientôt disponible
Pour l’utopie de la jeunesse aux désillusions de l’âge adulte
Comédie - 1981 - France - 100 MIN - Tous publics

1973. Après avoir étudié la peinture, Catherine, Thérèse et Alain, ont monté une petite entreprise et gagnent leur vie en peignant les grandes affiches sur toile qui recouvrent les façades des cinémas. Mais, l’arrivée des multiplexes et l’envie de Thérèse de trouver un travail stable ainsi qu’un bon mari commence à entamer leur belle amitié – amitié amoureuse parfois...

5.8 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Laurent Bourdon
Laurent Bourdon
CHRONIQUEUR

C’est en novembre 1981, six ans après le retentissant succès international de Cousin, Cousine, que Jean-Charles Tacchella (56 ans) va, avec Croque la vie, s’intéresser au sort de trois jeunes gens – un garçon et deux filles –, trois enfants de Mai 68 bien décidés, justement, à croquer la vie à belles dents.

Tous trois artistes peintres, Catherine (Brigitte Fossey), Thérèse (Carole Laure) et Alain (Bernard Giraudeau), se sont connus aux Beaux-Arts et gagnent à présent leur vie en peignant les grandes affiches sur toile qui, à cette époque, recouvraient encore les façades des cinémas ; l’occasion pour le très cinéphile cinéaste d’adresser quelques clins d’œil à Lelouch, Fellini, Sautet ou Truffaut !

Très enracinés dans la France de ces années-là – de la maladie du président Pompidou aux premières radios libres –, ces trois personnages passeront, chacun à leur rythme et à leur manière, de l’utopie de la jeunesse aux désillusions de l’âge adulte. « Croque la vie, c’est un peu ʺles Feuilles mortesʺ de l’amitié », déclarait Jean-Charles Tacchella à la sortie de son film.

Le contexte

Autre bande d’amis que la vie n’a pas épargnés.

Jean-Charles Tacchella

Plusieurs années de l’amitié d’un trio – une femme et deux hommes – malmené par le quotidien de l’après-guerre italienne.

VIENS CHEZ MOI, J'HABITE CHEZ UNE COPINE (1981)

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS