Bande Annonce de DAISY CLOVERDécouvrez la bande Annonce de DAISY CLOVER sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/1806/fond/1806_w_500.jpg
Robert Mulligan
Christopher PlummerNathalie WoodRobert RedfordBetty HarwoodKatharine BardPeter HelmRoddy McdowallRuth GordonHarold GouldJohn HaleOttola Nesmith

DAISY CLOVER

123 mn

Note de SensCritique :

6.9 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Robert Mulligan.

Casting : Christopher Plummer, Nathalie Wood, Robert Redford, Betty Harwood, Katharine Bard, Peter Helm, Roddy Mcdowall, Ruth Gordon, Harold Gould, John Hale. Ottola Nesmith

Synopsis : En 1936, Daisy Clover, quinze ans, vend des photos de stars de l’écran. Elle rêve de devenir à son tour l’une de celles qui font rêver les foules. Elle enregistre un disque souple qu’elle envoie au responsable d’un studio, Raymond Swan. Conquis, celui-ci lui envoie son chauffeur et lui fait faires des essais. Ceux-ci sont concluants : Daisy est lancée comme vedette. Au cours d’une soirée, elle tombe sous le charme et dans les bras du très séduisant Wade, un acteur maison, qui se propose de l’épouser. Le mariage a lieu, qui fait la une des gazettes, mais Wade disparaît, ne pouvant pas cacher plus longtemps son inconsistance. Daisy apprend alors que son mari est un homosexuel notoire. Se réfugiant dans un travail harassant, en butte aux exigences de plus en plus grandes de son mentor, Swan, consternée par la mort de sa mère, la jeune fille s’effondre. Elle se réfugie chez elle, refuse de sortir. A bout de nerfs, elle décide de se suicider en ouvrant le gaz. Mais un coup de téléphone inopiné la détourne de son funeste dessein. Elle claque la porte, décidée de faire face à son destin.

Scénario : Gavin Lambert.
Musique : André Previn.
Pays : Etats-Unis d'Amérique
Tags : Drame, Auteurs américains, Silence on tourne !, Acteurs américains.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Daisy Clover fait partie de ces films au demeurant nombreux qui nous donnent à voir l’envers du décors hollywoodien, sans pour autant jeter le bébé avec l’eau du bain, tant la force de séduction des industries du spectacle reste grande. Nous nous attachons ici aux pas d’une adolescente très vite montée en graine qui ne rêve pour sortir de son quotidien guère folichon que de rejoindre à Hollywood les stars dont elle contrefait la signature pour se faire un peu d’argent de poche.

Remarquée par un producteur elle devient très vite une star de premier plan, sachant danser, sachant chanter, sachant séduire. Mais l’industrie du rêve peut s’avérer productrice de cauchemar. Daisy l’apprendra à ses dépends. Star à 15 ans, elle est has been à 17. Hollywood se montre alors tel qu’il est, un rouleau compresseur qui ne s’embarrasse pas de sentiment. 0n ne saurait affirmer que Robert Mulligan le réalisateur du film et ses scénaristes ont pensé à une figure existante pour brosser le portrait de Daisy, dont l’itinéraire est probablement un patchwork composé de différents destins. Mais il n’est pas interdit de penser à Judy Garland, pétulante enfant de la balle, star dès son adolescence, triomphant à 17 ans dans Le Magicien d’Oz, avant de sombrer peu à peu entre dépressions et alcoolisme jusqu’à son dernier souffle, à l’âge de 47 ans. Le sort de Daisy est sans doute plus enviable puisqu’elle fait montre dans la séquence finale d’un ressort qui, nous le souhaitons, la portera vers d’autres rivages…

Daisy Clover, c’est Natalie Wood, qui a triomphé sur les plateaux dès son plus jeune âge. Entre la folle énergie que porte son désir de chanter et de jouer la comédie et les affres de la dépression, la comédienne fait merveille, renouant pour l’occasion avec les sommets et les gouffres de ce qui restera son meilleur rôle, celui de Deanie Loomis dans La Fièvre dans le sang, le flamboyant mélodrame de Elia Kazan, tourné quatre ans plus tôt.

On ne voit pas qui aurait pu mieux que Natalie Wood incarner cette adolescente gouailleuse qui se frotte au monde du spectacle. Enfant de la balle, Natalie, qui en réalité s’appelait Natasha, a débuté au cinéma à l’âge de 8 ans dans Demain viendra toujours, donnant pour l’occasion la réplique à Orson Welles. On en conviendra, il est des débuts moins prometteurs. Elle croisera ensuite le chemin de Gene Tierney dans L’Aventure de Madame Muir ou celui de John Wayne dans La Prisonnière du désert. Mais c’est bien sûr, à 17 ans, dans la peau de Judy, la petite amie d’un James Dean à fleur de peau dans La Fureur de vivre qu’elle marque le plus durablement les esprits. Avant de briller dans West side story et de nous émouvoir comme peu ont su le faire dans La Fièvre dans le sang. Quand elle tourne Daisy Clover, en 1965, Natalie Wood a 27 ans et les films les plus marquants de sa carrière sont déjà derrière elle… Elle disparaîtra prématurément – et mystérieusement- en mer à l’âge de 43 ans. Hollywood est décidemment sans pitié.

Robert Redford, qui campe ici une star aussi séduisante que perturbée compte un an de plus. Mais lui n’en est qu’aux prémisses d’une carrière des plus brillantes. Il excelle d’ailleurs dans le rôle, qui annonce l’élégance décadente du futur Gatsby le magnifique… Comme Daisy, le spectateur a envie de croire à sa séduction qui est grande, mais n’est en fait que le masque d’une inconsistance pathologique, et sans doute aussi d’un dégoût de soi-même qui est aux antipodes de l’image qu’il projette. Daisy Clover n’a pas emballé les foules, ayant connu une réussite commerciale des plus mitigées. Sans doute est-ce pour cela que le film n’est sorti en France que 7 ans plus tard ! Pourtant il mérite mieux que cela. Son signataire, Robert Mulligan, y fait montre d’une réelle sensibilité, d’une évidente empathie pour les personnages à qui il donne vie, y compris les plus paumés ou les plus cyniques. Le producteur incarné par Christopher Plummer par exemple, mais dans un autre registre son épouse n’est pas mal non plus…

Mulligan prouve une nouvelle fois qu’il aime les marginaux, ceux qui empruntent les chemins buissonniers, quitte à le payer cher. Le chanteur incarné par Steve McQueen dans Le sillage de la violence, l’Indien de L’Homme sauvage, le joueur de base ball du Prisonnier de la peur, l’avocat à qui Gregory Peck  prête ses traits dans Du silence et des ombres sont tous des déphasés, qui peinent à trouver leur place dans la société. Cinéaste du trouble, Mulligan excellera à peindre les hésitations de l’adolescence dans Un été 42. Peut-être n’était-il lui-même que peu en phase avec les besoins d’un cinéma s’embarrassant de moins en moins de mettre en scène les sentiments… Robert Mulligan a quitté le cinéma sur la pointe des pieds. Non sans nous livrer un dernier film, le lumineux Un été en Louisiane, en 1991. Avant de s’éteindre 18 ans plus tard, laissant une œuvre qu’il est urgent de réévaluer…

Une étoile puînée

Il faut rendre justice à ce grand film incompréhensiblement mal aimé. Le prototype des reproches communs est fourni par la critique du NY Times (qu’on peut lire ici : http://www.nytimes.com/movie/review?res=9900E2D9143CE53BBC4052DFB466838D679EDE#). Le film est jugé froid, ...

Lire la suite
9
Artobal

Daisy Clover (Inside Daisy Clover) est un très bon film réalisé par Robert Mulligan, écrit par Gavin Lambert d'après son propre roman et produit par Alan J. Pakula sur une très belle musique composée par André Previn qui met en scéne l’itinéraire d'une jeune fille de ...

Lire la suite
8
Eric31
A voir également
Affiche du film METEOR
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film ALEXANDRE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film L AUTRE
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film CHANTONS SOUS LA PLUIE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés