DARK STAR, L'ÉTOILE NOIRE

Parce que le premier film de John Carpenter anticipe Alien, et pour cause: même scénariste!
Science-fiction - 1980 - Etats-Unis - 80 MIN - VM - Tous publics
Dans la seconde moitié du XXIe siècle, une station-satellite nommée Dark Star a pour mission de détruire avec des bombes les planètes instables du système interstallaire. Jusqu'au jour où suite à un incident, le mécanisme de déclenchement des bombes se dérègle...

Réalisé par

5.9 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Laurent Delmas
Laurent Delmas
CHRONIQUEUR

L’interstellaire est au programme de ce film de John Carpenter ! Cela fait vingt ans que le lieutenant Doolitle, le sergent Pinback et les astronautes Boiler et Talby sont les membres de l’équipage du vaisseau spatial Dark Star. Leur mission : sillonner la galaxie pour repérer les planètes qui pourraient représenter un danger pour les futures colonisations terriennes. Soit vingt ans d’ennui abyssal pour les quatre hommes… jusqu’au jour où le vaisseau se retrouve pris dans un tourbillon électromagnétique qui a pour effet de dérégler la bombe superpuissante qu’il transporte à son bord. Tel est l’argument initial du film né de l’imagination de John Carpenter, à l’origine un court métrage de fin d’études universitaires.

S’il est bien crédité au générique comme réalisateur et musicien du film, John Carpenter en partage la paternité avec son complice d’université, Dan O’Bannon qui en est le coscénariste, l’acteur, le monteur, le directeur artistique et le responsable de la postproduction des effets spéciaux. Cet investissement total des deux jeunes hommes est à l’image d’un premier film doté d’un budget ridicule de 6 000 dollars, bricolé au système D et tourné du coup sur une longue période faute d’argent. Les acteurs et techniciens sont bénévoles et les seize décors du film sont constitués de matériaux de récupération tandis que la chaufferie de l’immeuble où réside Carpenter sert de plateau annexe… Et pourtant à l’écran, on en vient à oublier les trucages et autres bidouillages inventés par les deux apprentis cinéastes.

Il faut dix ans pour parvenir à une première version qui dure un peu moins d’une heure mais que l’Université refuse de parrainer. Seule l’intervention providentielle d’un producteur chevronné, Jack Harris permet un nouveau tournage pour une version longue exploitable en salle. Même si les trois hommes finiront par ne plus s’entendre quand le film sera terminé, une sortie est organisée en 1974, soit quatre ans après le premier jour de tournage. Mais c’est alors un échec total, le film étant rapidement retiré des écrans faute de spectateurs. Carpenter et O’Bannon en concluent qu’ils ne peuvent travailler ensemble et le duo se sépare. Ainsi naquit dans la douleur un film de science-fiction qu’on regarde désormais comme un classique du genre. Il est temps de rejoindre l’espace interstellaire…

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même réal

Pas si éloigné

Le contexte

Dan O'Bannon

Kubrick, comme Carpenter, pointe du doigt un futur où l'intelligence artificielle prend le pas sur ses concepteurs

John Carpenter

Quarante ans après Dark Star, Interstellar le film de Christopher Nolan réinvente le vaisseau spatial de la dernière chance, sur fond de fin du monde.

LE RETOUR DES MORTS VIVANTS

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS