DE L'OR POUR LES BRAVES

À partir de 7.99 €
Pour le casse le plus inattendu de la deuxième guerre mondiale
Guerre / Western - 1971 - Etats-Unis | Yougoslavie - 137 MIN - VF - Tous publics
En 1944, dans l'Est de la France, un colonel du renseignement allemand est capturé par l'ancien  lieutenant américain, rétrogradé, Kelly. Découvrant que son prisonnier est en possession d'un lingot d'or, Kelly lui fait subir un interrogatoire particulier, puisqu'il le fait boire jusqu'à le rendre ivre mort, et au terme duquel il apprendra que les Allemands disposent d'un trésor de quatorze mille barres d'or gardées dans une banque à quelques 40 kilomètres de la ligne de front. Kelly décide alors de s'en emparer avec l'aide de ses hommes, et surtout de les garder.

Réalisé par

6.9 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Nabil Massad
Nabil Massad
CHRONIQUEUR

Clint Eastwood a commencé sa carrière de vedette de cinéma, en Italie, dans des films qualifiés de westerns spaghettis comme Pour une poignée de dollars, Et pour quelques dollars de plus ou encore Le bon, la brute et le truand. Des films réalisés par Sergio Leone au milieu des années soixante. Quelques années plus tard, en 1970 pour être précis, comme attiré par une certaine nostalgie du genre après être devenu une star aux Etats-Unis, on retrouve Eastwood en tête de distribution d’un film de guerre américain De l’or pour les braves, sorte d’hommage au fameux western dit spaghetti, tourné en ex Yougoslavie et dont l’action se situe en France.

Pendant la seconde guerre mondiale, en France, Kelly, un ancien lieutenant américain, rétrogradé, capture un colonel du renseignement allemand. Lorsqu’il remarque que son prisonnier dispose d'un lingot d'or, Kelly le saoule pour obtenir des informations. Le prisonnier ivre révèle alors l’existence d’un stock de quatorze mille barres d'or entreposées dans un coffre de banque, à 40 kilomètres, dans la ville de Clermont en Argonne. A partir de cet instant, le seul et unique but de Kelly et de ses hommes va devenir l’or et comment s’en emparer.

C’est en cela précisément que réside l’hommage au western spaghetti. Des héros qui n’en sont pas, mus par le seul appât du gain et totalement dépourvus d’idéologie.

Signé Brian G. Hutton, également réalisateur de Quand les aigles attaquent avec aussi Clint Eastwood, le film compte dans sa distribution des noms comme Telly Savalas, Kojak pour les intimes, et qui fut aussi le très vilain Ernst Stavro Blofeld, ennemi juré de James Bond, dans au service secret de Sa Majesté. Et puis, Donald Sutherland, vu dans M.A.S.H de Robert Altman. Harry Dean Stanton, très remarqué dans Paris, Texas de Wim Wenders, et un nouveau venu à l’époque, John Landis, le futur réalisateur de Le loup garou de Londres, Un fauteuil pour deux, The Blues brothers et autres films à succès, et qui fait ici une brève apparition déguisé en bonne sœur, en plus d’être assistant de production sur le film.

Je vous donne rendez-vous après le film, et cherchez la nonne !

  

 

 

FILMOTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Comme dans "De l'or pour les braves", des soldats américains décident de se détourner de leur vraie mission, pendant la guerre du Golfe cette fois, et de s'emparer de l'or de Saddam Hussein.

Brian G Hutton

Film de guerre aux allures antimilitaristes et anarchistes, également sorti au début des années 70.

AU SERVICE SECRET DE SA MAJESTÉ

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité