DEAD OR ALIVE

Bientôt disponible
Policier / Suspense - 2004 - Japon - interdit aux moins de 10 ans

Jojima, flic intègre, s’est juré de mettre fin aux activités du yakuza Ryuichi, qui dirige d’importants réseaux de prostitution et de trafic de drogue sur Tokyo. La guerre que le truand livre aux triades chinoises met Tokyo à feu et à sang depuis des années et toute l’énergie du policier passe dans son travail. Mais quand sa fille, qui a besoin de soins constants, doit subir une opération onéreuse pour survivre à sa maladie, Jojima n’a pas le choix : il doit mettre ses idéaux de côté et demander de l’argent à un caïd Yakusa. Cela ne met pas fin à la bataille à mort que se livrent le flic et le gangster, bien au contraire...  

Réalisé par

6.3 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Yves Montmayeur
Yves Montmayeur
CHRONIQUEUR

Dead or Alive, ça pourrait être le credo de Miike Takashi !

Car pour ce réalisateur japonais, tourner un film, c’est juste une question de Vie ou de Mort.

Shooté aux images 24 heures sur 24, il a prouvé qu’il était même capable de tourner plus de 5 films en une année.

C’est dire si son style syncopé est celui d’un junky à la recherche de sa dose quotidienne d’images voltaïques.

Dead or Alive, a été tourné pour une grande partie dans le quartier interlope de kabuki cho à Tokyo, et le plus souvent de manière clandestine.

Ce qui confère au film une atmosphère de reportage sur le vif, que l’on retrouve surtout dans la première partie du film.

Alors on peut bien sûr ranger Dead or Alive dans la catégorie des films de yakuza, même si Miike ne cherche pas ici à se faire une place au panthéon du film de genre.

Car franchement, l’intrigue du film –vague imbroglio de guerre de gangs et d’amitiés entre flics et voyous- n’est pas le nerf central du film.

C’est plutôt un prétexte pour le réalisateur qui s’amuse à rompre avec les codes du film de yakuza, jusqu’à se placer à la limite du pastiche.

Le cinéma de Miike est  toujours une expérience sensorielle.

Sans doute plus encore ici, avec un film qui doit autant au style du Manga qu’à la déflagration chaotique du punk, avec lequel notre auteur partage un même goût pour la provo trash et la parodie des codes.

D’ailleurs comment ne pas penser avec le one, two, three, four scandé au début du film aux intros jouissivement dégénérées du groupe punk des Ramones.

Contexte

Takashi Miike

GOZU

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité

Même casting

Disponible sur





Paiement sécurisé
Mode de paiement
Partenaires

Avec l'offre d'abonnement vidéo à la demande à petit prix FilmoTV, voir les meilleurs films chez vous en un clic ! FilmoTV, une offre fonctionnant de manière ouverte : PC classique, application smartphones Android, iOS et tablettes tactiles, TV par câble, télévisions sur Internet, faites entrer le cinéma sur vos écrans ! Découvrez vos films d'horreur en abonnement VOD illimité ou de vos films de parodie en téléchargement légal. Pour cela parcourez les pages mode d'emploi et comment s'abonner.