Destination Zebra, station polaire

À partir de 2.99 €
Parce que c'était un des films préférés d'Howard Hughes sur le tard
Aventure / Action - 1969 - Etats-Unis - 148 MIN - VF - Tous publics
Le commandant Ferraday a reçu les ordres de sa nouvelle mission : escorter David Jones, un civil britannique, le capitaine Anders, un soldat dur à cuire, et Boris Vasilov, un transfuge russe, à la station polaire Zebra qui a envoyé récemment un signal de détresse. Ils doivent donc tous se rendre dans les plus brefs délais en Antarctique à bord d’un sous-marin nucléaire afin d’éviter une crise internationale. Malheureusement, il semblerait qu’il y ait un traître à bord…

Réalisé par

6.2 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Cédric Jouarie
Cédric Jouarie
CHRONIQUEUR
Destination Zebra, Station Polaire est un film qui multiplie les genres puisqu’il relève autant de l’aventure que de l’espionnage, et qu’il enchaîne également action sous-marine et exploration polaire. Bref, le spectateur voyage avec les nombreux protagonistes, et le rythme soutenu de la réalisation de John Sturges ne permet pas de s’ennuyer une seconde !

Cela dit, il faut préciser que John Sturges est un peu un spécialiste de ce genre de films à grands spectacles, et on lui doit d’ailleurs un certain nombre de classiques, de Réglement de Comptes A OK Corral aux Sept Mercenaires, en passant par La Grande Evasion, pour n’en citer que quelques-uns. Impossible en même temps de ne pas citer également Les Naufrages de l'Espace, sorte d’Apollo 13 avant l’heure, mais surtout avant même les événements réels de la mission Apollo qui a mal tourné.

En plus d’être souvent spectaculaires, les films de John Sturges ont un autre point commun : c’est qu’ils relèvent souvent du véritable défilé de stars ! Destination Zebra, Station Polaire ne fait pas exception à la règle, et on retrouve au générique Rock Hudson, qui considère d’ailleurs ce film comme l’un de ses meilleurs, mais aussi Ernest Borgnine, et Le Prisonnier en personne, Patrick McGoohan.

FILMOTV vous recommande

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

John Sturges

NEW YORK 1997

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité