DéTECTIVE

Bientôt disponible
Policier / Suspense - 1985 - France - 95 MIN - Tous publics

Les destins de quatre groupes se croisent dans un grand hôtel parisien. Il y a d’abord deux détectives : l’inspecteur Neveu et William Prospero, qui enquêtent sur un crime mystérieux. Et puis Tiger Jones un jeune boxeur, avec son entourage : son manager Eugène, sa fiancée Grâce Kelly et Jim Fox Warner, organisateur de combats. Jim doit de l’argent à Emile Chenal, pilote d’avion qui est là avec sa femme Françoise pour essayer de le coincer. Egalement à cause de Jim a débarqué un mafioso et son fidèle comptable.

Réalisé par

5.3 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Philippe Rouyer
Philippe Rouyer
CHRONIQUEUR

Comme Le Mépris en son temps, Détective est une commande acceptée par Jean-Luc Godard. Il s’agit de permettre au producteur Alain Sarde de récupérer l’argent nécessaire pour finir Je vous salue Marie, le précédent Godard qui a pris beaucoup de retard. L’idée est d’associer le nom du cinéaste devenu une star médiatique à un genre commercial, jusque dans le slogan du film : « Un polar de Godard ». Et pour augmenter ses chances au box-office, le film réunit sur son plateau plusieurs vedettes : Nathalie Baye que Godard avait déjà dirigée dans Sauve qui peut (la vie), Claude Brasseur qui avait été son interprète 21 ans auparavant dans Bande à part. Auxquels il faut ajouter Johnny Hallyday qui était alors en couple avec Nathalie Baye.

D’étranges figures complètent la distribution, de l’acteur de Claudel Alain Cuny à l’ex-boxeur Stéphane Ferrara en passant par le toujours ténébreux Laurent Terzieff. Comme d’habitude, Godard a aussi engagé de nombreuses jeunes actrices qu’il se plaît à déshabiller : Emmanuelle Seigner d’abord, mais aussi Ann-Gisel Glass et Julie Delpy qui n’avait que 14 ans.

L’argument est fourni par le producteur Alain Sarde que, par un amusant paradoxe, le cinéaste a prié de développer son sujet. Ce que Sarde a fait avec l’aide de Philippe Setbon, le futur réalisateur de Cross avec Michel Sardou. Godard et sa fidèle complice Anne-Marie Miéville ont ensuite adapté le scénario. Mais ça reste un de ses rares films que le cinéaste n’a pas écrit. C’est lui en revanche lui qui a dédié le film à trois cinéastes : Clint Eastwood, John Cassavetes et Edgar G. Ulmer.

Contexte

Jean-Luc Godard

LOVE ME

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité