Bande Annonce de DEUX HOMMES DANS LA VILLE (VERSION RESTAURÉE)Découvrez la bande Annonce de DEUX HOMMES DANS LA VILLE (VERSION RESTAURÉE) sur FilmoTVhttp://
José Giovanni
Alain DelonJean GabinArmand MestralBernard GiraudeauCécile VassoortChristine FabrégaGuido AlbertiIlaria OcchiniJacques MonodMalka RibowskaMaurice BarrierMichel BouquetMimsy FarmerVictor LanouxBernard MussonDominique ZardiGérard DepardieuJacques RispalRaymond LoyerRobert Castel

DEUX HOMMES DANS LA VILLE (VERSION RESTAURÉE)

95 mn

Note de SensCritique :

6.8 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : José Giovanni.

Casting : Alain Delon, Jean Gabin, Armand Mestral, Bernard Giraudeau, Cécile Vassoort, Christine Fabréga, Guido Alberti, Ilaria Occhini, Jacques Monod, Malka Ribowska, Maurice Barrier, Michel Bouquet, Mimsy Farmer, Victor Lanoux, Bernard Musson, Dominique Zardi, Gérard Depardieu, Jacques Rispal, Raymond Loyer. Robert Castel

Synopsis : Germain Cazeneuve, éducateur proche de la retraite, a connu Gino Strabiggi en prison ou il purgeait une peine. Il a pu le remettre dans le droit chemin. Gino s’est marié. Il a trouvé un emploi dans une imprimerie et repousse les avances de ses anciens complices qui cherchent à le faire replonger. Le nouvel équilibre demeure fragile. Un inspecteur de police pervers va contribuer par son obstination à le détruire, en dépit des intentions de Gino et malgré l’aide de Germain.

Scénario : José Giovanni.
Musique : Philippe Sarde.
Pays : France | Italie
Tags : Drame, Drames judiciaires, Editions Originales, Duos français, Policier / Suspense.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film
Tourné en 1973, Deux hommes dans la ville ne constitue pas un film de plus dans la carrière de son auteur José Giovanni. Il parle en effet de prison, de récidive, de peine de mort. Il parle de l’amitié et de la force des relations père fils. Or dans l’immédiate après guerre, le jeune Giovanni était bel et bien tombé dans la délinquance. Muni d’une fausse carte de police, il faisait chanter des trafiquants qui s’étaient enrichis avec le mur de l’Atlantique. Jusqu’au jour ou les choses tournent mal. Après un règlement de compte, les policiers arrêtent Giovanni avec une balle dans le genou et un cadavre à côté de lui. Ses complices et ses adversaires sont en cavale. Giovanni paie pour l’ensemble du groupe. Il est condamné à mort. Après dix mois d’attente et grâce à l’acharnement discret de son père, il est finalement gracié. 

Lorsqu’il sort de prison, José Giovanni se lance à corps perdu dans l’écriture en signant des polars comme Le Trou ou Le Deuxième souffle. Puis il se lance dans le cinéma comme scénariste et comme metteur en scène. Giovanni a déjà six films à son actif quand il rencontre l’avocat Robert Badinter qui, lui, a accompagné un homme à l’échafaud, un homme qui n’avait même pas de sang sur les mains. Robert Badinter est un farouche pourfendeur de la peine capitale. 

Après cette rencontre, Giovanni décide d’écrire et réaliser un film sur la peine de mort mais aussi sur lui, sur son passé, sur son père… Ce film, ce sera Deux hommes dans la ville qui pour l’occasion reforme le tandem de Mélodie en sous sol, Jean Gabin et Alain Delon.
La dernière scène de Deux hommes dans la ville est muette, à l’exception de la seule réplique, « J’ai peur ! ». Elle a été dure à tourner, on s’en doute en la voyant. Pendant le tournage du film, Alain Delon ne cesse d’y penser, sans compter José Giovanni qui appréhende de devoir se retrouver face à cette machine qui l’avait guetté pendant dix mois. Le producteur du film a insisté – sans succès – pour que l’histoire gracie Delon au dernier moment. Deux jours avant de filmer la séquence, Giovanni réunit l’équipe caméra et les comédiens. Delon explique que son inspiration est marquée par la fin d’un film de Claude Lelouch, La vie l’amour la mort, une scène d’exécution capitale très spectaculaire et très impressionnante. De son côté Giovanni expose  sa vision de la mise en scène, comment il souhaite que les personnes présentes au moment de la mise à mort changent ostensiblement de place afin que le mouvement de leur tête fasse penser à une marée humaine avançant inexorablement. Il insiste aussi sur le regard final que Delon doit lancer à Jean Gabin, un regard d’enfant perdu explique-t-il, « ce regard que j’aurais lancé à mon père s’il avait dû m’accompagner jusque là. » Le jour du tournage l’ultime cigarette que Delon fume tremble tellement que la prise doit être refaite.

Tout n’est pas autobiographique dans Deux hommes dans la ville. Le personnage de Gino s’inspire par exemple d’un certain Jeannot de Nantes, un perceur de coffre fort qui avait refait sa vie comme ouvrier chez Peugeot mais qui avait replongé à l’occasion d’un coup en Espagne. Mais une grande partie du film se fonde sur la propre expérience de Giovanni, par exemple ces parloirs muets qu’il connut pendant des années avec son père. Ce qui fera remarquer à Gabin pendant le tournage de la scène : « Vous n'aurez plus qu’à mettre des sous-titres ! »

Précisons que José Giovanni ne pensait pas précisément à Gabin à l’origine du projet, mais à Lino Ventura qui avait demandé de tempérer le personnage du flic. Giovanni avait refusé. Il décide de vieillir le personnage de l’éducateur et d’en faire un homme au seuil de la retraite. Il propose le rôle à Gabin (69 ans) qui l’accepte au bout de quinze jours. Son accord entraîne celui de Delon, comme vedette mais aussi comme coproducteur. Quand il découvre sur l’écran le film terminé, Lino Ventura reconnaîtra : « Tout le monde peut se tromper ». Deux hommes dans la ville sort à l’automne 1973 et rencontre un immense succès, prés de 2,5 millions de spectateurs. La peine de mort ne sera abolie en France que neuf ans plus tard grâce à Robert Badinter devenu Garde des Sceaux et dont les convictions ont inspiré indirectement Deux hommes dans la ville.

Mais vivre pourtant

Un peu vieillot, parfois maladroit, et puis surtout un manichéisme qui étrangle le récit et pourtant... Et pourtant quelle flamboyance dans tous ces passages ou Delon exprime ses émotions: la joie tranquille de retrouver la liberté, ses premiers pas dehors avec la femme qu'il ...

Lire la suite
7
Cyann Kairos De Ligre

Voila une petite pépite dans le cinéma Français des années 70. Chaque dialogue qu'il soit dans les scènes ou la narration du film sont à encadrer. José Giovanni que l'on sait de collabo et de truand ou il n'est pas aller par quatre chemins. Son passage à la réalisation ...

Lire la suite
9
Cthulhu_Mantis

La ligne humaine

Je suis toujours surprise quand je regarde ce genre de vieux film... C'est simple, mais justement y'a rien d'artificiel, j'aime ça. Il n'y a pas de débordement, pas de héro gentil, pas de gagnant. Le but est peut-être plus de dénoncer certaines choses abjectes. Ce film est ...

Lire la suite
7
Double W
A voir également
Affiche du film BORSALINO & CO.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film FLIC STORY

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LES ÉGOUTS DU PARADIS
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film L AVOCAT

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés