DIARY OF THE DEAD : CHRONIQUES DES MORTS-VIVANTS

2008
92 mn
Parce que cette 5ème partie de la saga de George Romero a été tournée en 20 jours
À la carte à partir de 2.99 € | -50% pour les abonnés
Alors qu'ils sont en train de tourner un petit film d'horreur dans la forêt, une bande d'étudiants américains et leur professeur apprennent à la radio une curieuse nouvelle : un peu partout, les nouveaux morts seraient en train de revenir à la vie. Et comme il se doit, ces morts-vivants ont une furieuse envie de mordre. L'apprenti réalisateur décide alors de tout filmer, on ne sait jamais...
À la carte à partir de 2.99 € | -50% pour les abonnés
Fantastique / Horreur
Etats-Unis
- 12 ans
VM

1 min avant
2 min après
Les avis sens critique
Les + de filmo
Cette Chronique des Morts-Vivants (pour l’appeler par son sous-titre français) est au croisement du Projet Blair Witch, premier vrai-faux documentaire d’horreur à l’épaule, sorti en 99, et de REC, film espagnol très effrayant, sorti lui aussi en 2008, où une équipe de télé se retrouvait prisonnière d’un immeuble barcelonais, peuplé de morts-vivants très mordants.
Mais ce serait faire injure à Romero que de commencer par le comparer à des petits jeunes qui lui doivent tout. Parce qu’après tout les zombies, c’est lui qui les a inventés au cinéma. C’était en 68, son film à petit budget s’appelait La Nuit des morts-vivants et son succès fut planétaire. Et son influence immense. D’ailleurs, comme on se retrouve, ce Diary of the Dead, eh bien c’est une forme de remake de ce monument, par son propre créateur. 40 ans après, à presque 70 ans.
Comme souvent, le maître en profite pour philosopher un peu. Sur la vie, la mort, et la mort de la mort bien sûr, mais aussi sur ces images filmées, pleines de sang et de viscères, et sur ceux qui les tournent.
C’est ainsi que le professeur qui mélange habilement les armes à feu et le whisky, son alter ego dans le film, peut dire « Qui voudrait survivre dans ce monde-là ? Tout ce qui reste à faire, c’est filmer. Filmer ce qui se passe pour... pour ceux qui resteront quand ce sera fini. » Et tandis que le professeur débite ces belles paroles, ses jeunes étudiants s’amusent à courir dans les bois, au risque de se faire dévorer la gorge, trancher le crâne dans le sens de la hauteur ou transpercer la cage thoracique par des objets apparemment pointus. Il y a même un type, comme ça, très étourdi, qui oublie ses boyaux, sous son lit d’hôpital. Cela dit, avant de vous laisser vomir tranquille, sachez que quand Romero annonce des seins dans un film, il tient parole.
Et, à propos, il y  a Michelle Morgan dans ce film. Non, pas celle qui a de beaux yeux. Celle qui a de beaux seins justement.

 
Dans le même genre vous pouvez trouver REC ou encore LE PROJET BLAIR WITCH .

FilmoTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné