Bande Annonce de DIARY OF THE DEAD - CHRONIQUES DES MORTS VIVANTSDécouvrez la bande Annonce de DIARY OF THE DEAD - CHRONIQUES DES MORTS VIVANTS sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/663/fond/663_w_500.jpg
George Romero
Michelle MorganPhilip RiccioScott WentworthAmy Ciupak LalondeJoshua CloseShawn RobertsChris VioletteJoe Dinicol

DIARY OF THE DEAD - CHRONIQUES DES MORTS VIVANTS

92 mn

Note de SensCritique :

5.2 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : George Romero.

Casting : Michelle Morgan, Philip Riccio, Scott Wentworth, Amy Ciupak Lalonde, Joshua Close, Shawn Roberts, Chris Violette. Joe Dinicol

Synopsis : Alors qu'ils sont en train de tourner un petit film d'horreur dans la forêt, une bande d'étudiants américains et leur professeur apprennent à la radio une curieuse nouvelle : un peu partout, les nouveaux morts seraient en train de revenir à la vie. Et comme il se doit, ces morts-vivants ont une furieuse envie de mordre. L'apprenti réalisateur décide alors de tout filmer, on ne sait jamais... Par le réalisateur du film fondateur du genre, en 1968, La Nuit des morts-vivants.

Scénario : George Romero.
Musique : Norman Orenstein.
Pays : Etats-Unis d'Amérique
Tags : Fantastique / Horreur, Peur claustrophobe, Horreurs américaines, Terreur à huis clos, Found Footage, Survivre, Documenteurs, Festival du Film Fantastique de Gérardmer, Peurs bleues.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film
Cette Chronique des Morts-Vivants (pour l’appeler par son sous-titre français) est au croisement du Projet Blair Witch, premier vrai-faux documentaire d’horreur à l’épaule, sorti en 99, et de REC, film espagnol très effrayant, sorti lui aussi en 2008, où une équipe de télé se retrouvait prisonnière d’un immeuble barcelonais, peuplé de morts-vivants très mordants.
Mais ce serait faire injure à Romero que de commencer par le comparer à des petits jeunes qui lui doivent tout. Parce qu’après tout les zombies, c’est lui qui les a inventés au cinéma. C’était en 68, son film à petit budget s’appelait La Nuit des morts-vivants et son succès fut planétaire. Et son influence immense. D’ailleurs, comme on se retrouve, ce Diary of the Dead, eh bien c’est une forme de remake de ce monument, par son propre créateur. 40 ans après, à presque 70 ans.
Comme souvent, le maître en profite pour philosopher un peu. Sur la vie, la mort, et la mort de la mort bien sûr, mais aussi sur ces images filmées, pleines de sang et de viscères, et sur ceux qui les tournent.
C’est ainsi que le professeur qui mélange habilement les armes à feu et le whisky, son alter ego dans le film, peut dire « Qui voudrait survivre dans ce monde-là ? Tout ce qui reste à faire, c’est filmer. Filmer ce qui se passe pour... pour ceux qui resteront quand ce sera fini. » Et tandis que le professeur débite ces belles paroles, ses jeunes étudiants s’amusent à courir dans les bois, au risque de se faire dévorer la gorge, trancher le crâne dans le sens de la hauteur ou transpercer la cage thoracique par des objets apparemment pointus. Il y a même un type, comme ça, très étourdi, qui oublie ses boyaux, sous son lit d’hôpital. Cela dit, avant de vous laisser vomir tranquille, sachez que quand Romero annonce des seins dans un film, il tient parole.
Et, à propos, il y  a Michelle Morgan dans ce film. Non, pas celle qui a de beaux yeux. Celle qui a de beaux seins justement.
On est d’accord, Romero n’y va pas avec le dos des godillots dans sa satire de l’âge des images digitales. Mais tant que vous y êtes, voyez (ou revoyez) les chapitres précédents. Parce que le film que vous venez de voir est le cinquième élément de la saga romero-ienne (j’ai failli dire «romerienne» mais il faut bien avouer notre Eric Rohmer n’a rien à voir le maître du gore).
Tout a donc commencé en 68, avec La Nuit des morts-vivants. C’est à cette époque là que les morts ont commencé à sortir de terre, avec leur démarche pesante, leurs bras en avant et leurs moisissures sanglantes un peu partout. Dix ans plus tard, en 78, le réalisateur américain, aidé pour l’occasion par un certain Dario Argento, donnait naissance, ou plutôt re-naissance, à ses zombies. D’ailleurs le film s’appelait Zombie en français (Dawn of the Dead, en vo, l’Aube des morts). Puis, en 85, après un Creepshow écrit par Stephen King, ce fut le Day of the Dead, le jour des morts. Avant d’atteindre en 2005, The Land of the Dead, le Territoire des morts. Comme si c’était en refaisant toujours le même film que Romero pouvait donner libre cours à son pessimisme et à sa vision critique de notre société matérialiste.
Alors bien sûr, il n’y a pas que Romero dans la vie (et dans la mort). Si vous aimez cette façon subjective de filmer l’angoisse et le sang, caméra à l’épaule, vous avez le choix. Le Projet Blair Witch bien sûr, lui aussi dans les bois ; mais aussi Cannibal Holocaust, en 80, de Ruggero Deodato, dont les anthropophages dégoûtants semblaient bien trop réels ; et pourquoi pas Cloverfield, où l’on constate de très très près les dégats causés à la ville de New York par une sorte de Godzilla et, enfin REC, film catalan incroyablement efficace, avec des morts-vivants mais en milieu urbain.
Un REC qui lui aussi a fait l’objet d’un remake américain, sorti moins d’un an après l’original et qui vient allonger la liste de ces classiques du fantastique plus ou moins gore, qui ont été refaits (pas toujours avec bonheur d’ailleurs). Vous voulez des noms ? Allons-y : Massacre à la tronçonneuse, la colline a des yeux, Hitcher, The Ring, Psychose...
Les films aussi seraient-ils des zombies ?

Nous pouvons certainement reprocher pas mal de choses à Romero, mais nous ne pouvons pas ne pas reconnaître qu'il y a, au fil de ses films, une parfaite cohérence dans ses propos. Cette fois, c'est aux médias que s'attaque le cinéaste, à la sincérité du journalisme, au ...

Lire la suite
7
MrOrange

J'adore les films de zombies, j'adore Romero, j'adore les films tournés à la première personne donc j'ai forcément été charmé. Alors oui, Romero aurait pu faire mieux et ce n'est pas un excellent film de genre mais je reste globalement séduit. ...

Lire la suite
8
CellarDoor

Un film de zombies aussi impressionnant dans la forme que dans son fond. A travers des scènes de flippe parfaitement réussies, Romero s'interroge sur les médias et le besoin humain de tout filmer pour la mémoire collective. ...

Lire la suite
7
Tinou
A voir également
Affiche du film LES ORGUEILLEUX (VERSION RESTAURÉE)

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LE RÉCIF DE CORAIL

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA NUIT DES MORTS-VIVANTS

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film REC

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film BASTILLE DAY

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film APPRENTICE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film IRREPROCHABLE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film SUICIDE SQUAD

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film GENIUS

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés