DICTATOR

Bientôt disponible
Parce que le palais du dictateur a été tourné Place d'Espagne à Séville
Comédie - 2012 - Etats-Unis d'Amérique - 80 MIN - Tous publics
L'amiral général Aladeen dirige d'une main de fer le Wadiya, un pays d'Afrique du Nord. Alors qu'il engage son pays dans la course à la bombe atomique, son oncle Tamir complote pour le renverser. Aladeen s'échappe et se réfugie à New York, où il commence à travailler dans une épicerie bio...

Réalisé par

5.5 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Sylvain Angiboust
Sylvain Angiboust
CHRONIQUEUR

Bienvenue au Wadiya… Ce joyau de l’Afrique du Nord est dirigé par l’un des leaders les plus éclairés qu’on puisse imaginer : l’Amiral Général Aladeen. Dans le film qui va suivre, le guide accepte de se rendre aux Etats Unis d’Amérique, où une injuste cabale fomentées par les Nations Unies, fait peser sur son régime modèle le risque de sanctions éhontées…

Bon, une fois passée cette introduction légèrement teintée d’une scandaleuse propagande, digne des meilleures proses nord-coréennes, passons aux choses sérieuses ! « The dictator » de Larry Charles suit le périple d’un épouvantable tyran au pays de l’Oncle Sam. En plus de la punition onusienne, le sémillant Aladeen risque aussi de subir la colère des expatriés de son pays, qui profiteraient bien de sa venue pour en finir avec lui…

Sacha Baron Cohen incarne avec la retenue qu’on lui connait ce personnage fantasque et hors limites, sorte de créature hybride qui serait aller puiser chez Kadhafi, Ceausescu et autres Kim Jong Un une inspiration pour le moins hallucinante et criante de vérité…

Le contexte

Sacha Baron Cohen

Parce que Chaplin a pris position contre Hitler avec sa meilleure arme : le rire.

Larry Charles

Le Botswanga est une autre dictature imaginaire, ce qui permet d'épingler la politique de la Françafrique.

BORAT

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS